Monde

Licenciement d’une salariée voilée confirmé en France

femmes-portant-le-voile

femmes-portant-le-voileLa cour d’appel de Paris a confirmé le licenciement d’une salariée voilée de la crèche privée Baby Loup. Cette décision survient alors que la France défendait devant la Cour européenne des droits de l’homme sa loi interdisant le port du voile intégral dans les espaces publics.

La Cour de cassation avait suscité un vif émoi chez les défenseurs de la laïcité en annulant le 19 mars le licenciement en 2008 de Fatima Afif, l’ex-directrice adjointe de l’établissement de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) qui refusait de retirer son voile. Le parquet général avait demandé la confirmation du licenciement, invitant la cour à résister à cet arrêt.

« C’est une décision qui fait preuve d’un grand courage et qui résiste à une précédente décision de la Cour de cassation », s’est réjoui Me Richard Malka, l’un des avocats de la crèche Baby Loup. « Aujourd’hui, une institution républicaine réaffirme la force du principe de laïcité. »

Atteinte aux « racines »

Ce nouvel épisode ne devrait toutefois constituer qu’une nouvelle étape de ce conflit, Fatima Afif ayant déclaré avant la décision en appel qu’elle se pourvoirait en cassation. Michel Henry, son avocat, a estimé qu’une partie de la haute magistrature se sentait « atteinte dans ses racines par la montée du fait religieux ».

Dans son arrêt, la cour d’appel reconnaît à la crèche le droit de se doter d' »un règlement intérieur prévoyant une obligation de neutralité du personnel » pour « transcender le multiculturalisme des personnes auxquelles elle s’adresse », « même si cette exigence ne relève pas de la loi ».

Paris se défend devant la Cour européenne

Cette décision de justice a été prise alors que la France défendait mercredi devant la Cour européenne des droits de l’homme sa loi interdisant le port du voile intégral dans les espaces publics, au nom de la sécurité et de l’égalité entre hommes et femmes.

La juridiction du Conseil de l’Europe examinait la requête d’une jeune musulmane de nationalité française qui estime que l’interdiction de revêtir une burqa ou un niqab viole ses droits à la liberté de religion, d’expression, de réunion et au respect de sa vie privée.

AFP

Comments
To Top