Revue de presse

Revue de presse: l’esclavage fait rage dans les camps du « Polisario »…

revue-presse-maroc

revue-presse-marocVoici les principaux titres à la Une des quotidiens parus ce lundi 02 décembre:

*LIBERATION:.

– Evasion de nombreux séquestrés de la prison de Dhaïbya. Dix Sahraouis illégalement séquestrés dans les sbires de Mohamed Abdelaziz se sont évadés, lundi dernier, de la prison de Dhaïbya, un véritable mouroir on ne peut plus sécurisé, situé en plein Lahmada, que le « Polisario » réserve à ceux qu’il craint politiquement.

– Feu vert espagnol pour l’extradition d’El Bali vers le Maroc. Le Conseil des ministres espagnol a donné, vendredi dernier, son feu vert pour l’extradition du présumé terroriste Mohamed El Bali, arrêté en septembre dernier dans le Préside occupé de Mellilia par les agents de la police et la Guardia civil en vertu d’un mandat d’arrêt international émis par le Maroc. Le détenu marocain était chargé de coordonner deux cellules terroristes à Nador, en l’occurrence les Moujahidines et Attaouhid.

*L’OPINION:.

– Un ouvrage espagnol lève le voile sur la réalité dans les camps de Tindouf: l’esclavage fait rage. Au 21ème siècle, l’esclavage persiste encore dans plusieurs parties du monde comme dans les camps du « Polisario » à Tindouf, a écrit, vendredi, l’agence de presse argentine Telam, se faisant l’écho de la publication, en Argentine, de « Besos de Arena » (Baisers de sable), un roman espagnol qui met à nu les pratiques infrahumaines et d’esclavage dans les camps des séparatistes de Lahmada. Ces pratiques ont été, à maintes reprises, dénoncées par les organisations internationales de défense des droits de l’Homme, indique Telam dans un entretien avec l’Espagnole Reyes Monforte, auteur du roman, publié récemment en Argentine.

– Un parti d’opposition algérien avoue: « La campagne fallacieusement » initiée en Algérie par le Chef de l’Etat au profit du Sahara s’est soldée par « un retentissant échec » dont les premières victimes sont les Sahraouis eux-mêmes », a assuré, samedi dans un communiqué, le parti politique algérien le Rassemblement pour la culture et la démocratie (opposition).

*LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

– Menouar Alem, ambassadeur, chef de la mission du Maroc auprès de l’Union européenne (UE): « les perspectives de coopération entre le Maroc et l’UE sont très larges ». Dans un entretien au journal, le diplomate marocain a estimé que les perspectives de coopération entre le Maroc et l’UE sont prometteuses, rappelant que des avancées considérables ont marqué les relations entre le Royaume et l’UE au cours des dernières années.

– Consommation: Pas d’augmentation du prix du pain en perspective. Les boulangers font baisser la pression sur le marché et assurent qu’ils ne toucheront pas au prix du pain normal tant que les pourparlers avec le gouvernement se poursuivent. Dans un entretien au journal, le président de la Fédération marocaine des boulangeries et pâtisseries (FMBP) affirme que la réunion du 15 novembre avec le ministre chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa, aura permis, à la profession et au gouvernement de s’engager à appliquer « très prochainement » les clauses du contrat-programme du secteur signé en 2009 avec le gouvernement El Fassi.

*AUJOURD’HUI LE MAROC:.

– Justice: La réforme prise en otage? Le bras de fer entre le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid et les avocats et les greffiers ne fait que commencer. Car au moment où les professionnels du secteur, du moins une partie non négligeable d’entre-eux, battaient le pavé à Rabat contre les avant-projets de loi proposés par le ministère de tutelle, ce dernier s’est fendu dans un communiqué dans lequel il annonce la fin des concertations.

– Travail domestique: l’âge minimum à 18 ans, la retraite à 60 ans. Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) vient d’émettre son avis sur le projet de loi relatif au travail domestique dont l’une des recommandations majeures qui en ressort est l’âge minimum d’admission au travail domestique qui a été fixé à 18 ans. Le CNDH a également proposé d’arrêter l’âge de la retraite à 60 ans, conformément au code du travail. – Noubir Amaoui rempile à la tête de la Confédération démocratique du travail (CDT). Le secrétaire général de la CDT, Noubir Amaoui a été reconduit, samedi, à la tête de la Centrale syndicale à « la demande pressante des congressistes ».

*AL BAYANE:.

– Sit-in de protestation à Agadir: Non à la violence contre les femmes! Le réseau des femmes solidaires, composé d’une panoplie d’associations féminines des droits de l’Homme et de la société civile d’Agadir, s’est donné rendez-vous, samedi dernier, devant le siège de la wilaya de Souss Massa Draâ afin de réitérer le refus catégorique contre les pratiques inhumaines et sauvages dont sont victimes les femmes, sans protection effective de la part de diverses institutions.

– Le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Said Ahmidouch : l’indemnité pour perte d’emploi à partir du premier trimestre 2014. Evoquant les projets en cours lors d’une rencontre, sous le thème « CNSS-Entreprises », M. Ahmidouch a cité l’indemnité pour perte d’emploi (de manière involontaire) dont l’objet est de verser au bénéficiaire une indemnité pendant une durée maximale de 6 mois, tout en lui assurant un accompagnement pour la réintégration du marché du travail, notant que la date prévisible d’entrée en vigueur est le premier trimestre 2014.

*L’ECONOMISTE:.

– Fin des amnisties sociales. Une nouvelle amnistie sociale ne serait pas une mesure équitable vis-à-vis des entreprises qui s’acquittent de leurs obligations dans les délais, a souligné, le directeur général de la CNSS, Said Ahmidouch, qui était l’invité, jeudi, de la Chambre française de commerce et d’industrie (CFCIM). « Il faut être cohérent. Ce n’est pas non plus avec ce genre de mesures que l’on fera avancer le pays », a affirmé M. Ahmidouch qui faisait le point sur les chantiers en cours à la Caisse. – Réforme de la justice: Les avocats en colère. Les avocats sont montés au créneau en organisant un sit-in, vendredi, devant le Parlement pour montrer leur ras-le-bol face à « la démarche unilatérale » du ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, dans le chantier de réforme de la justice. Ils lui reprochent de ne pas avoir tenu compte ni de leurs propositions, ni des recommandations de la dernière conférence nationale de l’Association des barreaux du Maroc.

*AL MASSAE:.

– Mezouar: le programme gouvernemental avec ses nouvelles priorités sera dévoilé en janvier. Lors d’une rencontre, samedi à Rabat avec les coordinateurs régionaux et provinciaux du parti de la colombe, le président du parti Salaheddine Mezouar a indiqué que le programme gouvernemental avec ses nouvelles priorités sera présenté en janvier, excluant la présentation d’une nouvelle déclaration gouvernementale. Toutefois, une source du parti de la colombe a affirmé que les partis de la majorité ne se sont pas encore accordés sur la façon de les présenter.

– Rapport élus/administration: Ramid annonce la guerre contre les intermédiaires. Selon une source sûre, le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid a donné des instructions strictes pour faire front à ceux qui prétendent être en mesure de servir d’intermédiaires entre les élus et l’administration ou d’influencer les résultats des concours organisés par le ministère.

– Le Club des magistrats du Maroc a estimé dans une note, élaborée dans le cadre du débat engagé sur la réforme de la justice au Maroc, que les magistrats du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire ne devraient pas faire partie des pouvoirs exécutif et législatif. – Meriem Bensaleh mise sur la sellette. Des sociétés exaspérées accusent Meriem Bensaleh, présidente de la CGEM, de négligence en matière de défense des intérêts du patronat, notamment ceux relatifs au volet fiscal, dont des dispositions pourraient affaiblir la compétitivité des entreprises et aggraver la crise que traversent certains secteurs productifs. Selon des sources informées, ces sociétés ont appelé la présidente de la CGEM à rompre avec la logique des « équilibres » et des « directives ».

*AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.

– Appel à supprimer le cannabis de la liste des drogues. Les deux Chambres du Parlement vont organiser mercredi une journée d’étude sous le thème « Le rôle des utilisations positives du cannabis dans la création d’une économie alternative ». Mehdi Bensaid, parlementaire PAM et l’un des organisateurs de cette rencontre, a indiqué que le parti du tracteur avait déjà auparavant appelé à réglementer la culture de cette plante.

– Benkirane: Les archives, une prévention des violations des droits de l’Homme. Intervenant à l’occasion de la première Journée nationale des Archives, célébrée le 30 novembre de chaque année, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a lié la protection et la conservation des archives nationales à la prévention des graves violations des droits de l’Homme. Il a, en outre, promis d’allouer une parcelle de terrain pour la construction d’un nouveau siège pour l’institution Archives du Maroc.

– Banques: 42,1 MMDH non remboursés par les ménages et les entreprises. Les crédits non remboursés par les ménages et les entreprises n’ont cessé de grimper depuis le début de l’année pour s’établir à 42,1 milliards de dirhams. Selon des sources bancaires, cette tendance est naturelle vu la conjoncture économique difficile qui a causé des embarras financiers aux entreprises et aux ménages.

*AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

– PJD: Benkirane remet les pendules à l’heure. Lors d’un conclave qui a duré trois jours, le Secrétaire général du parti de la lampe, Abdelilah Benkirane a pu remettre les pendules à l’heure après les secousses qui ont accompagné la formation du gouvernement Benkirane II. Cette réunion a été ainsi une occasion pour contenir les dissensions internes et resserrer les rangs.

– Amaoui encore à la tête de la CDT. Faute de concurrent, Noubir Amaoui s’est vu accorder une nouvelle confiance lui permettant de se maintenir encore Secrétaire général de la Confédération démocratique du travail (CDT) lors de son conseil national tenu samedi.

– Casablanca: les marchés publics sous la loupe de la Cour des comptes. Selon des sources informées, les magistrats de Driss Jettou se sont invités au Conseil de la préfecture de Casablanca pour procéder à l’audit des marchés publics contractés par le conseil durant la période 2009-2013.

*SAHIFAT ANNAS:.

– L’UC, le parti qui défend le plus les intérêts des agriculteurs au parlement. Selon le classement de la Coordination pour la défense de l’agriculteur, le groupe de l’Union constitutionnelle (UC) à la Chambre des conseillers a occupé la première place du classement avec 25 pc des questions adressées au gouvernement, suivi par le groupe PAM à la Chambre des représentants (17pc), le groupe MP à la Chambre des conseillers (13pc), le groupe istiqlalien de l’Unité et de l’Egalitarisme à la Chambre des représentants (11pc) et le groupe PJD à la Chambre des représentants (5pc).

*ASSABAH:.

– Gestion du dossier du Sahara marocain: El Yazghi sermonne le gouvernement. Mohamed El Yazghi, un ancien ministre d’Etat, a expliqué lors d’une rencontre avec la presse que le gouvernement « se retranche derrière les initiatives de SM le Roi pour dissimuler son échec à mettre en place une diplomatie efficace ».

– Le projet du budget 2014 à la Chambre des conseillers: l’opposition monte au créneau. L’opposition a adressé des critiques acerbes au gouvernement pour son mépris du débat accompagnant les délibérations sur les projets de lois de budgets, notamment le projet de loi de Finances 2013 où l’Exécutif n’a pas honoré la quasi-totalité de ses engagements.

*AL ALAM:.

– La guerre bat son plein entre le ministre de la Justice et le corps judiciaire. Après le sit-in observé vendredi dernier par les avocats contre la charte de la réforme du système judiciaire, le ministre de la Justice et des libertés Mustapha Ramid a annoncé la fermeture de la porte du dialogue.

*ANNAHAR AL MAGHRIBIA:.

– Projet du budget 2014: test délicat à la deuxième Chambre. L’opposition, qui domine la Chambre des conseillers, a opté pour l’escalade, en concertant les efforts pour contrer le projet de loi de finances pour 2014, alléguant que le gouvernement n’avait pas rempli ses engagements.

– Coordination pour la défense de l’agriculteur: l’imposition du secteur agricole, une manœuvre politique. La Coordination a estimé que la levée de l’exonération fiscale prévue par le projet de loi de finances pour 2014 est une initiative répréhensible du gouvernement, faisant savoir que l’Exécutif aurait dû adopter un texte d’imposition du secteur indépendant du projet de loi de Finances.

*AL KHABAR:.

– Enseignement: Belmokhtar promet de résoudre le dossier des agrégés. Le ministre de l’Education nationale, Rachid Belmokhtar a apaisé la colère des professeurs en promettant de satisfaire aux revendications des agrégés. La Fédération nationale de l’enseignement a indiqué, dans un communiqué, que Belmokhtar s’était dit prêt à résoudre tous les problèmes du secteur de l’enseignement, notamment le dossier des agrégés.

– Sebbar annonce la fin de la période des arrestations politiques abusives et des enlèvements. Lors d’une rencontre samedi à Tanger, le secrétaire général du Conseil national des droits de l’Homme, Mohamed Sebbar a annoncé la fin de la période des arrestations politiques abusives et des enlèvements, faisant savoir qu’il s’agit d’une évolution spécifique en matière des droits politiques et civils au Maroc. Il a également mis au défi toutes les associations des droits de l’Homme de constater l’existence d’un détenu politique ou d’enlèvement dans les prisons marocaines durant les deux dernières années.

– Enquête sur l’acier: les sociétés saisissent la justice. Les sociétés d’acier actives sur le marché national se tournent vers les bureaux des avocats pour faire face aux résultats de l’enquête établie par la Direction du commerce extérieur, relevant du ministère de l’Industrie, du commerce et des technologies modernes, qui avait fait état de défaillances en matière de qualité quant aux importations de l’acier en provenance des Etats-Unis.

*BAYANE AL YAOUM:.

– Question du Sahara marocain: Mezouar appelle à la vigilance et à la mobilisation. Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI) et ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar a souligné, lors d’une réunion du parti consacrée à la question du Sahara marocain, que la situation que traverse actuellement ce dossier exige de s’armer davantage de vigilance et d’assurer une mobilisation constante dans le but de faire face aux complots des adversaires du Royaume.

*ASSAHRA AL MAGHRIBIA:.

– La Déclaration de Rabat appelle les pays arabes à lutter contre la violence basée sur le genre social. Cette déclaration, qui a couronné, vendredi, les travaux du forum régional sur les violences basées sur le genre, a appelé les gouvernements et les parlements arabes à entreprendre des mesures concrètes et urgentes, dont la promulgation et l’amendement de législations contribuant à lutter contre la violence et la mise en place des mécanismes et institutions nécessaires à cet effet.

*AL MOUNAATAF:.

– Les avocats et les greffiers s’opposent à la charte de Ramid. Les avocats ont observé vendredi un sit-in devant le Parlement, appelant à faire échec à la Charte de la réforme du système judiciaire et adopter un régime indemnitaire pour l’assistance judiciaire et juridique.

*ATTAJDID:.

– Des intellectuels marocains lancent une pétition pour défendre la langue arabe. Lancée samedi, cette pétition, qui a été signée par des hommes de lettres, des écrivains et des cadres de l’éducation et l’enseignement, appelle à défendre et à renforcer la place de la langue arabe dans l’espace public et à l’école.

*RISSALAT AL OUMMA:.

– Imposition du secteur agricole: la grogne des agriculteurs. Lors d’une réunion, vendredi à Rabat, la coordination pour la défense de l’agriculteur s’est soulevée contre le projet de loi de Finances 2014 dans son volet relatif à l’imposition du secteur agricole, estimant que les conditions ne sont pas encore propices pour une imposition du secteur.

*AL ASSIMA POST:.

– Les associations se révoltent contre loi régissant l’action associative. Lors d’une réunion, tenue samedi à Bouznika, plus de 700 associations ont exprimé leur rejet de la loi régissant l’action associative promulguée par le ministère chargé des relations avec le Parlement et la société civile, notamment le volet relatif à la présence d’un représentant de ce département à toute réunion au cours de laquelle sera octroyée une aide étrangère à des associations.

Comments
To Top