Auto/Moto

La 3e génération du SUV BMW X5 débarque

BMW-X5-2014-2

« Le même, mais en mieux ». Voilà comment BMW vend son nouveau X5 dont la commercialisation vient de débuter (depuis le 14 novembre). Pour un véhicule qui a été vendu à près de 1,3 millions d’exemplaires en 14 ans d’existence, l’idée était donc bien sûr de tout changer, sans rien changer ! Le BMW X5 ne veut pas prendre le risque de perdre une clientèle conquise mais exigeante. On ne change pas une équipe qui gagne. Plus d’informations et de photos.

Sur l’aspect extérieur, ce n’est pas la révolution. Le nouveau BMW X5 est un peu plus agressif mais les éléments restent les mêmes, à la même place. Peu de risques pris sur ce terrain-là par BMW. Le gabarit change un peu en revanche. Avec 4,89 m de long, le nouveau X5 gagne 3 cm. Il pèse ainsi 2,7 tonnes. Cela semble costaud sur la balance mais cela reste moins que ses concurrents : les Mercedes MLaffichent 2,1 tonnes et le Audi Q7 2,27 tonnes !

A l’intérieur, le BMW X5 3e génération garde son côté très sérieux et sobre. Lesfinitions et les matériaux sont de très bonne qualité. L’habitacle se veut spacieux. LeX5 peut basculer en configuration 7 places grâce à deux sièges cachés sous le plancher du coffre. Attention : à n’utiliser que pour des enfants car l’espace reste réduit.

Niveau équipements, ce BMW X5 est équipée d’une caméra 360° qui permet de voir le véhicule de dessus (la Bird view). Idéal pour manipuler ce gros engin et se faire une bonne idée de son imposant gabarit. D’autres technologies pourront être précieuses à l’usage : le pack advanced full led qui permet à l’intensité lumineuse des phares de s’adapter en fonction de la circulation, le système « night vision », qui permet la détection de piétons ou d’animaux sur le bas-côté, ou encore l’avertisseur de franchissement de ligne.

Le moteur qui devrait représenter le plus gros des ventes est le diesel 3.0d de 258 ch. Il enquille le 0 à 100 km/h en 6,9 secondes. La conduite en mode sport fait la différence dès qu’il s’agit d’appuyer un peu sur une route sinueuse. Les suspensions actives font leur travail afin d’éviter que ce gros volume de SUV ne tangue à chaque coup de volant. Sur le papier, le X5 est annoncé avec une consommation de 6,2 l aux 100 km. Un chiffre très optimiste, mais qui reste meilleur que la concurrence (6,8 pour le Mercedes ML et 7,4 pour le Q7).

Pour le reste des motorisations, la gamme démarre par un sDrive 25d de quatre cylindres en ligne (218 CV), qui sera proposé en deux roues motrices. Le moteurxDrive 50i de 8 cylindres en V (450 CV) vient mettre tout le monde d’accord au sommet de la gamme.

Comments
To Top