Cinéma

Mohamed Khouyi : un géant devant la caméra qui préfère vivre loin des feux des projecteurs

mohamed-khouyi

mohamed-khouyiMohamed Khouyi, ce géant devant la caméra auquel un hommage grandiose a été rendu mardi dans le cadre du 13ème Festival international du film de Marrakech (FIFM), est un acteur qui préfère pourtant mener une vie normale et paisible loin des lumières et des feux des projecteurs.

La star marocaine, qui tient beaucoup à garder un rythme de vie normale et à préserver son intimité, sait, toutefois, que sa notoriété auprès d’une large frange du public marocain lui impose de se plier aux exigences du vedettariat. Pour Khouyi, ce prix à payer en contre partie de l’amour des gens est « très raisonnable. Quelques heures seulement avant sa cérémonie d’hommage au FIFM, Khouyi, qui a reçu l’Etoile d’or du festival des mains de son ami et compagnon de parcours Mohamed Bastaoui, combattait une anxiété normalement inhabituelle chez un comédien de sa trompe.

« J’ai dit à Bastaoui que je comptais sur lui pour m’aider à apaiser ma tension, mais il m’a répondu qu’il était aussi tendu que moi », a confié Khouyi à la MAP, se disant fière de recevoir cette distinction des mains d’un ami de longue date.

La symbiose parfaite entre les deux stars sur la scène du Palais des congrès de Marrakech a d’ailleurs apporté une touche de gaieté à la cérémonie d’hommage.

La forte présence de Mohamed Khouyi en matière de production cinématographique et télévisuelle nationale ne lui fait pas oublier pour autant son militantisme en faveur de l’amélioration des conditions socioéconomiques des acteurs marocains. La situation des artistes marocains « laisse à désirer, non seulement en comparaison avec les comédiens internationaux, mais aussi avec ceux de certains pays arabes. J’espère que cette situation s’améliorera », a-t-il souligné. Pour Khouyi, une solution radicale de cette problématique passe nécessairement par une augmentation substantielle du nombre de productions, plaidant, à ce propos, pour la concrétisation des recommandations des Assises nationales sur le cinéma.

Evoquant ses expériences avec les réalisateurs, il a indiqué que chaque metteur en scène a sa propre méthode de diriger l’acteur, faisant savoir qu’il préfère les réalisateurs qui lui demandent de jouer des rôles composés.

Grand admirateur de Marlon Brando, Al Pacino et Tom Hanks, Khouyi a noté que les comédiens marocains sont appelés à œuvrer davantage pour rehausser le niveau qualitatif de leurs œuvres. Né en 1960 à Kelaât Sraghna, Mohammed Khouyi quitte sa ville natale en 1969 pour poursuivre ses études secondaires à Rabat. Dès cette époque, il laisse apparaître une vraie générosité sur scène, dévoilant ainsi son futur talent d’acteur. Sa carrière artistique débute en intégrant l’école d’Abbas Ibrahim, dont sortent également plusieurs célèbres comédiens marocains. Cherchant constamment à approfondir ses connaissances artistiques et à perfectionner son talent de comédien, il rencontre le succès au théâtre grâce à la pièce L’Ascension vers la pente grise (Assoôd ila al monhadar arramadi). Quelques années plus tard, Mohamed Khouyi se voit proposer plusieurs rôles dans différents films marocains, notamment Un amour à Casablanca, d’Abdelkader Lâgtaa.

Très apprécié du public et des journalistes pour son talent aux multiples facettes et sa grande humilité, Mohamed Khouyi est également reconnu pour son sens de la discipline, son engagement, son honnêteté professionnelle et son soutien envers la jeune génération de comédiens marocains.

Mohamed Khouyi obtient en 2007 le Prix du Meilleur Acteur au Festival national du film pour son interprétation dans Les Jardins de Samira, de Latif Lahlou. En 2012, il remporte le Prix de la Meilleure Interprétation masculine dans le film d’Azalarab Alaoui, Androman De sang et de charbon, au festival Festicab au Burundi. Il a joué également dans plusieurs longs métrages étrangers, dont Ali Baba et les quarante voleurs, de Pierre Aknine, ou La Source des femmes, de Radu Mihaileanu, ainsi que dans différents téléfilms et séries télévisées.

Nizar Lafraoui

Comments
To Top