Monde

Violences en Centrafrique: au moins 80 morts

cent

centDes affrontements entre anciens rebelles et milices ont coûté la vie à au moins 80 personnes jeudi à Bangui. Quelques heures plus tard, le Conseil de sécurité de l’ONU a donné mandat aux forces françaises d’intervenir pour rétablir la sécurité, en appui à une force panafricaine.

Près de 80 cadavres gisaient dans une mosquée de Bangui et au bord de rues de la ville après les violences de la matinée, ont constaté des journalistes de l’AFP. De son côté, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a recensé en début d’après-midi 10 morts et 65 blessés, victimes de tirs ou d’armes blanches. Ce bilan est toutefois partiel.

250 Français déployés

Des tirs d’armes automatiques et des détonations d’armes lourdes ont éclaté avant l’aube dans plusieurs quartiers de Bangui. Les tirs ont débuté dans le nord de la ville, puis se sont étendus à d’autres quartiers, notamment non loin du centre, dans la zone du fleuve. Des détonations d’armes lourdes étaient encore audibles en fin de matinée.

En milieu de journée, « des accrochages étaient toujours en cours » dans la capitale centrafricaine, a indiqué le porte-parole de l’état-major des armées françaises, le colonel Gilles Jaron. Il a confirmé qu’en début d’après-midi, « un peu plus de 250 militaires français » étaient déployés dans la capitale centrafricaine, soit en patrouille, soit pour assurer la sécurité de points sensibles.

« Infiltrations » détectées

Selon un officier supérieur de la force africaine (Misca) joint par l’AFP, les tirs ont commencé après que des ex-rebelles Séléka, intégrés dans les nouvelles de sécurité, eurent détecté des « infiltrations » de membres de milices d’autodéfense « anti-balaka », hostiles au régime, dans le quartier de Boy-Rabe, près de l’aéroport.

L’ONU a autorisé une intervention française. Le texte, adopté à l’unanimité des 15 pays membres du Conseil sur proposition de la France, autorise les soldats français en RCA à « prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca (force africaine en RCA) dans l’accomplissement de son mandat ».

Comments
To Top