Monde

Algérie: des tentatives d’immolation par le feu enregistrées dans un « jeudi noir »

immolation

immolationDes tentatives d’immolation par le feu ont été enregistrées, jeudi dernier, dans certaines régions de l’Algérie, pour des raisons distinctes, rapporte samedi la presse locale qui parle d’un « jeudi noir en Algérie ».

Le premier cas a été enregistré dans la commune de Tazougaght, distante d’une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Khenchela (est), lorsqu’un trentenaire a escaladé le mur du siège de la sûreté urbaine avant de s’asperger d’essence et se mettre le feu, d’après des images qui ont fait le tour de la toile.

« Selon des témoins oculaires, le jeune homme était toujours conscient mais souffrait de graves brûlures au visage », rapporte le quotidien +Algérie News+ qui ne donne pas d’explication sur les motifs de la victime.

Toujours selon le même journal, « ce sont trois travailleurs de l’usine Lafarge de Oggaz dans la wilaya de Mascara (ouest), qui avaient tenté de s’immoler par le feu dans l’enceinte de l’usine avant d’être maîtrisés par les forces de l’ordre venus en nombre ». Ils voulaient « dénoncer leur licenciement qu’ils jugent abusif ».

« Les trois personnes en question avaient été sanctionnés pour leur activisme syndical au sein de l’usine, ce qui a poussé la direction à les suspendre sous prétexte qu’ils avaient, à maintes reprises, tenté d’empêcher les travailleurs d’entrer dans la cimenterie », poursuit le quotidien qui cite des sources concordantes.

Dans la mairie d’Al Mahmal, wilaya de Khenchela, un chômeur a tenté de se suicider en s’immolant par le feu, rapporte le quotidien arabophone +Echourouk+, précisant que le jeune, placé en réanimation, est « dans un état critique ».

L’auteur de cet acte désespéré est « le frère d’un demandeur de logement social », poursuivi par la municipalité d’Al Mahmal pour avoir bloqué sa porte principale en y déposant tous ses meubles transportés dans un camion, raconte la même source, précisant que cinq policiers, dont un chef de poste, ont eu des brûlures en tentant de sauver la victime.

« Après avoir auditionné le protestataire dans un PV officiel, suivi de la saisie de ses meubles, on a été surpris de voir son petit frère faire irruption et se mettre le feu de manière étonnante, puisqu’il n’a engagé aucune discussion avec les agents de police et ne leur a accordé aucune chance pour l’écouter », relate +Echourouk+.

A ce propos, +Algérie News+ rappelle que la ville de Khenchela « avait connu, au mois de juillet, des émeutes violentes suite à une tentative d’immolation d’un jeune vendeur ambulant de légumes empêché d’exercer son activité par des policiers ».

En novembre dernier, un demandeur de logement social, écarté de la liste des bénéficiaires, a tenté de se suicider en s’immolant par le feu à l’intérieur du siège de la wilaya de Boumerdès, située à 50 km à l’est d’Alger. La victime, qui habite dans un chalet en compagnie de sa femme et leurs deux enfants, avait commis cet acte désespéré quand il a appris que son nom n’a pas été retenu par la commission d’attribution parmi les bénéficiaires des logements sociaux dans le district de Boumerdès, sous prétexte que son frère y figurait. Fin septembre dernier, un autre trentenaire s’est immolé par le feu, en présence de dizaines de personnes, dans une mairie près d’Oran (Ouest), après avoir été, lui aussi, écarté de la liste de bénéficiaires de logements sociaux dans laquelle son nom figurait.

Des tentatives d’immolation par le feu ou de suicide sont signalées fréquemment en Algérie, en liaison avec les conditions sociales difficiles des auteurs de ces actes, particulièrement dans les rangs des demandeurs de logement social et des jeunes au chômage.

Comments
To Top