Monde

Afghanistan: six soldats de l’Otan tués dans un crash d’hélicoptère

afg

afgSix soldats de la mission de l’Otan en Afghanistan ont perdu la vie mardi lors du crash de leur hélicoptère dans le sud du pays, a annoncé la coalition qui évoquait un accident alors que les rebelles talibans revendiquaient une attaque.

Une enquête a été diligentée sur la cause de ce crash. Selon nos premières informations il n’y avait pas d’activités rebelles dans le secteur au moment du crash, a indiqué la mission de l’Otan en Afghanistan (Isaf) dans un bref communiqué transmis à l’AFP.

Les talibans ont toutefois affirmé avoir abattu un hélicoptère américain plus tôt dans la journée dans la province de Zaboul (sud).

Je peux confirmer un crash d’hélicoptère cet après-midi dans le village d’Ebrahimkhial du district de Shah Joy mais nous n’avons pas d’informations pour le moment sur les victimes et la cause de ce crash, a déclaré à l’AFP Mohammad Jan Rasolyar, vice-gouverneur de la province de Zaboul.

L’Otan n’a pas précisé la nationalité des six soldats tués dans cet accident présumé qui intervient au lendemain de la visite surprise du Premier ministre David Cameron aux soldats britanniques à Camp Bastion, dans la province du Helmand, un fief taliban du sud du pays.

Le Premier ministre Cameron a qualifié de mission accomplie l’effort des troupes occidentales en Afghanistan, pays en proie à plus de trois décennies de guerre où plusieurs craignent une nouvelle flambée de violences après le retrait des forces de l’Otan à la fin 2014.

Tout en saluant le travail des soldats britanniques, la presse londonienne a vertement critiqué mardi les propos de M. Cameron. Parler de mission accomplie, malgré des preuves déprimantes indiquant le contraire est tout simplement insensé, estimait ainsi le Times.

Les accidents d’hélicoptères sont relativement fréquents en Afghanistan où les soldats de l’Otan offrent un appui aérien clé à leurs alliés des forces nationales afghanes en lutte ouverte contre les talibans qui rêvent de reprendre le pouvoir à Kaboul.

Mais cet appui pourrait prendre fin après le retrait de l’Otan d’où, notamment, la pression des Etats-Unis sur le président afghan Hamid Karzaï pour qu’il signe l’accord bilatéral de sécurité (BSA) encadrant le maintien de soldats occidentaux dans le pays après cette échéance.

Or le président Karzaï refuse de signer ce texte d’ici la présidentielle d’avril, scrutin devant déterminer son successeur à la tête de l’Etat, la Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat. Les Etats-Unis menacent de leur coté de retirer tous leurs soldats d’Afghanistan après 2014 si les autorités à Kaboul ne signent pas rapidement cet accord.

afp

Comments
To Top