Santé

El Ouardi: La baisse des prix des médicaments n’aura aucune incidence sur leur qualité

el ouardi

el ouardiLa réduction des prix de quelque 1120 médicaments proposée par le projet de loi fixant les prix des médicaments, adopté vendredi dernier en Conseil de gouvernement, n’aura aucune incidence sur la qualité de ces médicaments, et permettra de faciliter l’accès aux soins médicaux, a indiqué mardi le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi. M. El Ouardi, qui était l’invité du Forum de la MAP sous la thématique : « Santé publique: quelle politique du médicament pour quelle efficacité sociale? », a dans ce cadre fait remarquer que le Maroc est le seul pays africain dont les médicaments répondent aux critères de qualité adoptés en Europe et dont près de 10 pc sont destinés à l’exportation, soulignant que cette réduction permettra de conserver le pouvoir d’achat des Marocains, qui prennent en charge environ 54 pc de frais relatifs aux soins médicaux, dont 40 pc des prix des médicaments.

M. El Ouardi a souligné que la hausse des prix des médicaments contraint le citoyen d’avoir recours à des méthodes de traitement peu fiables, notant qu’en raison du faible pouvoir d’achat, le citoyen marocain ne dépense en moyenne annuelle que 376 dirhams sur les médicaments.

Le ministre a fait remarquer que le projet de loi projet fixant les prix des médicaments a été élaboré dans le cadre d’une approche participative impliquant tous les acteurs du secteur, dont les pharmaciens, les producteurs, les distributeurs et les syndicats, ajoutant que les parties concernées ont convenu de mettre en œuvre ces engagements sur deux phases, d’abord en 2012 avec la réduction des prix de 320 médicaments, puis en 2013 avec la présentation du projet de loi concernant la baisse des prix de 800 médicaments. Le projet de loi, a poursuivi le ministre, a intégré plusieurs des exigences des professionnels, dont le décret de bioéquivalence, adopté en Conseil de gouvernement, le projet relatif aux équipements médicaux, adopté par le parlement, ainsi que la signature d’une convention de partenariat visant la mise à niveau du secteur, et la couverture médicale des professionnels, dont l’entrée en vigueur est prévue prochainement. Il a, par ailleurs, ajouté que le projet de loi fixant les prix des médicaments vient se substituer à la loi relative aux prix des médicaments qui date de 1969, et qui ne tient pas compte des mutations enregistrées dans le secteur, notamment l’usage des médicaments génériques, dont aucun n’est commercialisé avant l’opération de bioéquivalence, a encore assuré le ministre.

Notant, d’un autre côté, que des réalisations considérables ont été enregistrées dans le domaine de la santé, et qui se sont répercutées positivement sur l’espérance de vie, passée de 47 ans en 1962 à 75 ans en 2013, le ministre a admis que le système de santé souffre encore de « dysfonctionnements structurels graves qui requièrent des politiques courageuses et peu populaires ».

Il a souligné que les différents projets et plans lancés aujourd’hui ne porteront fruit que dans les moyen et long termes, en particulier le plan national des urgences lancé en mars 2013, et le plan de prise en charge des maladies mentales et psychiques.

map

Comments
To Top