Revue de presse

Revue de presse: Ouzzine refuse de se présenter devant les députés pour justifier la farce de la cérémonie d’ouverture…

revue-presse-maroc
revue-presse-marocDans les unes de ce matin: L’argent et le chômage principales préoccupations des Marocains; Mezouar préconise une diplomatie offensive; Le Maroc prié d’accélérer les réformes.
Al Khabar:
– Etude: les Marocains préoccupés par les questions financières et le chômage. Selon une étude réalisée récemment par Bayt.com et le bureau d’études YouGov, les Marocains sont préoccupés notamment par les questions financières et le chômage.
– Ouzzine refuse de se présenter devant les députés pour justifier la farce de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde des clubs. Une source bien informée a indiqué que le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohammed Ouzzine, a refusé de se présenter à la séance des questions orales pour répondre à ce qui est désormais appelé « la farce de la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde des clubs », ajoutant que le ministre a justifié sa décision par sa présence à Agadir pour assister à la demi-finale entre les Allemands de Bayern Munich et les Chinois de FC Guangzhou.
Al Massae:
– Mezouar critique le rendement des ambassadeurs du Royaume dans les pays de l’UE. S’exprimant, dimanche, lors d’une réunion avec les ambassadeurs du Maroc accrédités auprès des pays de l’UE, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a préconisé l’abandon de la diplomatie traditionnelle et l’ouverture sur la société civile et les acteurs non gouvernementaux afin de commercialiser l’image du Maroc à l’international.
– Le Club des magistrats du Maroc accuse le ministre de la Justice et des libertés de tenter de prendre pied au sein du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, après que son département eut été écarté par la Constitution. Le président du Club, Yassine Moukhli, a reproché au ministère de la Justice et des libertés de chercher à s’ingérer dans le Conseil en évoquant dans les avant-projets la nécessité pour le Conseil de tenir compte des rapports de ce département concernant la nomination de responsables judiciaires et la gestion de la situation financière des magistrats.
Assabah:
– La décision du Conseil constitutionnel de ne pas autoriser de pourvoir le siège vacant à la Chambre des conseillers par le 2ème candidat de la même liste a remis la situation juridique de la 2ème Chambre sur le devant de la scène. Des sources informées ont estimé que cette décision « constitue un signal » pour la dissolution de la Chambre des conseillers.
– Benkirane prémunit son gouvernement contre les risques de fissure. Selon des sources du journal, la réunion prévue mardi par la majorité va examiner les mesures à même d’éviter un éclatement de la coalition gouvernementale, précisant que la priorité sera accordée à la délibération sur la nouvelle charte de la majorité.
– Le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid El Alamy, a suspendu le projet du code numérique, suite au tintamarre qu’il a fait sur les sites du réseau social.
Akhbar Al Yaoum Al Maghribia:
– Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie numérique Moulay Hafid El Alamy ploie devant la tempête, retire le code numérique pour révision. El Alamy indique que ce code n’a pas été retiré à cause de l’opposition extrême affichée à ce projet, mais parce que la loi stipule qu’en cas de changement du ministre, le Secrétariat général du gouvernement « renvoie tous les projets de loi au ministère pour qu’ils soient signés par le nouveau ministre », faisant remarquer qu' »on ne peut parler de retrait » car « je n’avais ni signé ni déposé ce code au Secrétariat ».
– Le ministre de l’Equipement et des finances, Mohamed Boussaid a présenté un amendement au projet de loi de Finances 2014 dans lequel il invite les Marocains qui détiennent des avoirs à l’étranger à régulariser leur situation auprès des pouvoirs publics. Cet amendement prévoit une contribution libératoire sur ces avoirs avant fin décembre 2013. Certains chiffres estiment le volume de l’évasion de capitaux à l’étranger à 4 milliards de dollars à fin décembre 2012.
Al Ahdath Al Maghribia:
– Mezouar préconise une diplomatie offensive. Réuni dimanche à Bruxelles avec les ambassadeurs du Royaume accrédités aux pays de l’Union européenne, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar a souligné la nécessité de suppléer au discours diplomatique utilisé et aux voies diplomatiques traditionnelles une approche plus ouverte et efficiente afin de renforcer au mieux la position du Maroc face à ses adversaires.
– Nouvel an: les dispositifs de sécurité intensifiés. Une source du journal a indiqué que les services de sécurité ont commencé l’application d’un plan visant à renforcer la sécurité publique dans toutes les régions du Royaume.
Aujourd’hui Le Maroc:
– Bébés abandonnés: le drame. D’après l’association « Insaf » qui mène une lutte acharnée contre la discrimination à l’égard des femmes célibataires et de leurs enfants, le Maroc compte 27.000 mères célibataires, un chiffre recensé en 2009 et qui est en croissance de 2,3% tous les ans. Sur les 8.760 enfants abandonnés, 80% sont le fruit de relations extraconjugales, ce qui représente l’équivalent de 24 enfants abandonnés par mois, soit un enfant abandonné par jour, explique Omar Kindi, président de l’association Insaf.
– Lachgar reconnaît des difficultés avec Chabat: il compte sur la mobilisation des conseillers lors de la plénière du vote du projet de budget. Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP reconnaît, pour la première fois, des difficultés dans son alliance avec Hamid Chabat, le secrétaire général du PI, qui seraient à l’origine de la présentation par chaque parti de ses propres amendements concernant le projet de budget à la première Chambre parlementaire. Néanmoins, M. Lachgar a affirmé que « c’est une situation que nous ne reproduirons pas à la Chambre des conseillers dans la mesure où l’on veillera à ce que les amendements soient présentés au nom de tous les groupes de l’opposition, et pas seulement au nom de l’USFP et de l’Istiqlal ».
L’Economiste:
– Le Maroc prié d’accélérer les réformes. Lors de la réunion Maroc-UE, qui s’est tenue le 16 décembre à Bruxelles, l’Union européenne (UE) n’a pas manqué de rappeler à son « premier partenaire de classe » dans la région Voisinage du sud, un certain nombre d’efforts et d’améliorations à entreprendre dans les plus brefs délais pour ancrer solidement ses réformes et sa modernisation à la locomotive de l’Union. La partie européenne a notamment encouragé le Maroc à poursuivre l’adoption de l’ensemble des lois organiques ainsi que des lois et règlements nécessaires à garantir la mise en œuvre effective de la nouvelle Constitution. Les « 28 » ont, de même, invité le Maroc à poursuivre ses efforts pour assurer une bonne gouvernance dans la gestion de l’Etat et à élaborer une stratégie intégrée pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.
– Où sont nos brevets et marques? Le défi, qui consiste à faire de l’innovation un levier de croissance, n’est pas encore gagné par le Maroc, d’après l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC) qui en veut pour preuve l’étiquette « d’apprenti inefficace » que le pays s’est fait coller dans le dernier classement de l’innovation (88ème rang sur un total de 141 pays). En tout, ce sont seulement 549 demandes de brevets d’invention qui ont été déposées auprès de l’OMPIC au titre du 1er semestre 2013, contre 521 durant la même période de l’année dernière (soit un taux d’évolution de 5%).
– Budget: Rencontres marathons de la CGEM. Dernière ligne droite pour le budget 2014 et intense activisme de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour défendre les intérêts des entreprises malmenées par la conjoncture économique et par la réduction des investissements publics. Après une campagne de lobbying auprès des groupes parlementaires de la première, puis la deuxième chambre du Parlement, la CGEM a orienté ses efforts vers l’Exécutif. En ligne de mire, plusieurs sujets importants comme la loi sur les délais de paiements, le butoir de TVA, l’Ecotaxe, le climat des affaires.
Comments
To Top