Santé

Un adulte sur trois dans le monde est en surpoids

obesite

obesitePlus d’un adulte sur trois dans le monde est obèse ou en surcharge pondérale soit 1,46 milliard de personnes, indique vendredi l’Overseas Development Institute.

Le cercle de réflexion britannique note une explosion du phénomène dans les pays en développement et appelle les gouvernements à agir.

L’Overseas Development Institute souligne dans un rapport qu’au niveau mondial, le pourcentage de personnes affichant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, limite au-delà de laquelle les gens sont considérés en surcharge pondérale, est passé de 23% à 34% entre 1980 et 2008.

L’IMC est le rapport entre la taille et le poids, un indice à partir de 25 étant considéré comme signe de surpoids et à partir de 30 comme signe d’obésité. Dans les pays en développement, le nombre de personnes en surpoids et d’obèses a presque quadruplé entre 1980 et 2008, passant de 250 à 904 millions de personnes.

Le Sud très touché

«Ce qui a changé, c’est que la majorité des gens en surpoids ou obèses se trouvent aujourd’hui dans les pays en développement plutôt que dans les pays développés», souligne le rapport.

Dans les pays à hauts revenus, la population en surcharge pondérale ou obèse a été multipliée par 1,7 pendant la même période, passant de 321 à 557 millions de personnes.

«Les taux de croissance de l’obésité et du surpoids dans les pays en développement sont alarmants», indique l’un des coauteurs de l’étude Steve Wiggins.

«Nous allons assister globalement à une très forte hausse du nombre de personnes souffrant de certains types de cancers, de diabète, d’accidents vasculaires cérébraux ou de crises cardiaques, faisant peser un fardeau énorme sur les systèmes de santé publics», a-t-il mis en garde.

La palme aux Etats-Unis

Au Royaume-Uni, 64% des adultes sont obèses ou en surcharge pondérale. Globalement 58% des Européens sont dans le même cas, l’Amérique latine, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient ayant un taux équivalent. L’Amérique du Nord, États-Unis en tête, compte 70% des adultes touchés.

«Les politiques doivent être moins timorés dans leurs tentatives d’influencer le type de nourriture qui finit dans nos assiettes. L’enjeu est de faire en sorte qu’une alimentation saine soit viable tout en réduisant l’attrait des aliments à plus faible valeur nutritive», estime-t-il.

«Le manque d’action est frappant comparé aux interventions publiques concertées menées pour limiter le tabagisme dans les pays développés», a-t-il jugé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne que la surcharge pondérale et l’obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial et qu’au moins 2,8 millions d’adultes en meurent chaque année.

Comments
To Top