Revue de presse

Revue de presse: Fin d’impunité pour les violeurs de mineurs…

revue-presse-maroc

revue-presse-marocVoici les principaux titres à la Une des quotidiens parus ce samedi 11 janvier:

*LIBERATION:.

– Le Maroc paiera le prix fort de l’austérité imposée par le gouvernement. Avec la publication de sa note de conjoncture « Croissance en 2014: perspectives de fléchissement », dont le scénario prévisionnel pour l’année 2014 annonce un net repli de la croissance durant l’exercice qui vient d’être entamé, le Centre marocain de conjoncture (CMC) rejoint ainsi le trio des organismes économiques nationaux qui contredit les prévisions de croissance irréalistes du gouvernement. En effet, alors que le gouvernement prévoit un niveau de croissance similaire ou légèrement inférieur à celui de 2013, soit 4,8pc, le CMC vient de rendre public un scénario prévisionnel annonçant un net repli de la croissance.

– 21 Marocains recherchés par Interpol. Trois d’entre eux sont impliqués dans des activités terroristes et font l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par les autorités espagnoles.

– Fin d’impunité pour les violeurs de mineurs. La commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants a franchi, mercredi dernier, un pas visant à mettre fin à l’impunité des violeurs. Ladite commission a ainsi approuvé, à l’unanimité, une proposition visant à supprimer le deuxième alinéa de l’article 475 du Code pénal qui stipule que « lorsqu’une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l’annulation du mariage et ne peut être condamné qu’après que cette annulation du mariage ait été prononcée ».

*L’OPINION:.

– Le Parti de l’Istiqlal dépose plainte contre Benkirane. Khalid Trabelsi a adressé au procureur du Roi près la Cour de cassation à Rabat, en son nom et en celui d’un collectif de pas moins de trente avocats, dont des bâtonniers de diverses villes du Maroc tous agréés près ladite juridiction, une plainte pour « diffamation » et « non dénonciation de délit commis », pour le compte du Parti de l’Istiqlal représenté par son secrétaire général, Hamid Chabat, contre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. –

L’Etat attaqué en justice: 11.940 actions intentées. La majorité des affaires porte sur la responsabilité contractuelle et délictuelle de l’Etat, l’expropriation et l’excès de pouvoir. En dépit des difficultés qu’elle rencontre dans la défense judiciaire de l’Etat et ses démembrements, l’Agence judiciaire du Royaume « AJR » continue de mener ses missions en étant appelée dans toutes les actions judiciaires intentées contre ceux-ci et qui visent les déclarer débiteurs dans tous les domaines à l’exception de la manière fiscale et domaniale.

*LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

– Manifeste de l’Indépendance: le dernier signataire survivant témoigne. A l’occasion de la commémoration des soixante-dix ans du Manifeste du 11 janvier 1944, étape cruciale dans le processus de libération du Maroc, le journal publie un dossier spécial, avec des témoignages inédits, comme celui du dernier signataire survivant du Manifeste, et des documents historiques.

– Conjoncture: le CMC revoit à la baisse son taux de croissance pour 2014. Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de réviser à la baisse ses perspectives de croissance de l’économie nationale. Au lieu des 3,7pc annoncés en octobre dernier, le Centre prévoit désormais une croissance du PIB de seulement 2,7pc pour 2014. Un taux en perte de plus de deux points par rapport à l’année 2013 (4,8pc).

*AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

– Réforme du régime des retraites: les syndicats se mobilisent contre la feuille de route du gouvernement. Miloudi Mokhariq, secrétaire national de l’UMT, a fait état de « contacts officieux » avec les alliés syndicaux dans les autres centrales afin de converger les vues sur ce sujet. Pour Mokhariq, la feuille de route du gouvernement « porterait atteinte au maillon faible de la chaîne de production, à savoir la classe ouvrière ».

– Camps de Tindouf: les corps des victimes abattues par l’armée algérienne sont toujours à la morgue. Selon des sources, les corps des deux jeunes sahraouis, abattus par les balles de l’armée algérienne, sont toujours dans la morgue de Tindouf (sud-est de l’Algérie). Les deux Sahraouis ont été tués au cours d’une opération qui s’est soldée également par de nombreux blessés. Un groupe de Sahraoui souffrant des conditions d’isolement imposées par le pouvoir algérien aux habitants des camps, avait décidé de se rendre en Mauritanie, amis c’était compter sans les gardes-frontières algériens qui, sans sommation, ont ouvert le feu sur ce groupe. Deux jeunes gens ont péri sur le champ, trois autres ont réussi à rejoindre les camps, malgré leurs graves blessures tandis que plusieurs de leurs compagnons ont été portés disparus.

*BAYANE AL YAOUM:.

– Programme de régularisation des immigrés sans papiers: 530 dossiers réglés. Lors d’un symposium organisé par les partis de la majorité à la Chambre des représentants, le ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, Anis Birou, a indiqué que plus de 530 dossiers ont été réglés dans le cadre du programme de régularisation des immigrés sans papiers, ajoutant que 3.000 dossiers ont été déposés jusqu’à ce moment.

– Des sénateurs polonais saluent l’expérience démocratique marocaine qui reste un modèle dans la région. Lors d’une rencontre entre une délégation de parlementaires de la Chambre des conseillers, conduite par son président Mohamed Cheikh Biadillah et le vice-président de la commission des affaires étrangères du Sénat polonais, Bogdan Klich, rapporteur du projet du rapport de la commission des questions politiques et de la démocratie de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, les sénateurs, qui disent avoir suivi de près la situation dans le monde arabe et les mouvements de protestation qui ont balayé certains dictateurs, notent que le Maroc a su mener des réformes politiques intelligentes répondant aux attentes des citoyens loin des turbulences ayant secoué certains pays de la région.

*ASSAHRA AL MAGHRIBIA:.

– 2015, date butoir pour entamer la réforme des régimes des retraites. La loi de Finances 2014 stipule l’accélération de la réforme des régimes des retraites afin d’assurer son équilibre financier et sa pérennité sur le long terme. Pour le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, « tout retard serait coûteux sur les plans financier, économique et social ».

*AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI:.

– L’Instance nationale de la protection des biens publics appelle le ministre de l’Intérieur à rejeter le budget du conseil régional de Marrakech, se demandant, dans une lettre adressée mercredi dernier, sur l’impact produit par le soutien des associations sur les plans culturel, sportif et social. Elle a également appelé à jeter la lumière sur la relation qu’entretiennent certains élus avec ces associations.

– Plus de 11.900 actions intentées contre l’Etat en 2012. L’Agence judiciaire du Royaume a indiqué vendredi dans son rapport d’activités au titre de l’année 2012 que le nombre d’actions judiciaires intentées contre l’Etat et les autres personnes morales de droit public a atteint 11.940 affaires. La « responsabilité contractuelle et délictuelle de l’Etat » et à « l’expropriation et l’atteinte à la propriété privée » arrivent en tête de ces affaires.

*AL MASSAE..

– Le tribunal de première instance de Rabat a décidé de poursuivre les trois pharmaciens qui ont agressé le ministre de la Santé El Houssaine Louardi, mercredi au Parlement. Ces pharmaciens sont poursuivis en état de liberté provisoire « pour outrage ». Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a affirmé jeudi que Louardi est un homme courageux et figure parmi les ministres en butte aux critiques, attaques verbales et menaces.

*ASSABAH:.

– Forfaiture: les noms des présidents de communes suspectés bientôt révélés. Une source du ministère de l’Intérieur a déclaré que les noms des présidents des conseils communaux (22), impliqués dans des marchés douteux selon des commissions d’inspection, seraient très prochainement connus.

– Les syndicats s’apprêtent à une grève générale. Des sources syndicales ont indiqué que les nouveautés du processus de la réforme des Caisses de retraite ont accéléré le rythme de la coordination entre les centrales syndicales pour faire face aux décisions du gouvernement susceptibles de provoquer des conséquences néfastes sur la situation sociale des Marocains. Selon ces sources, les dirigeants des syndicats se sont accordés sur la nécessité de combattre les initiatives visant à appliquer à la lettre les recommandations des institutions financières internationales au détriment du pouvoir d’achat des citoyens.

*AL KHABAR:.

– Attaque verbale à l’encontre de Louardi: le parlement renforce son dispositif sécuritaire. Le bureau de la Chambre des représentants a renforcé le contrôle sur ses visiteurs suite à l’abus verbal qu’a subi mercredi le ministre de la Santé El Houssaine Louardi au sein de l’hémicycle. Des instructions administratives ont été données aux policiers chargés de la sécurité de la Chambre des représentants pour contrôler toutes les personnes qui accèdent à la 1ère Chambre.

– La facture énergétique diminue à 93,2 MMDH. La valeur de la facture énergétique du Maroc a décru à 93,2 milliards de dirhams, avant un mois de la fin de l’année dernière, en baisse de 4,1 pc par rapport à fin novembre 2012. Les importations en matière de produits énergétiques ont évolué à 4,6 pc, soit environ 19 millions de tonnes.

* SAHIFAT ANNAS:.

– Attaqué verbalement, Louardi s’attache aux poursuites. Une source informée a indiqué que la ferme résolution du ministre de la Santé El Houssaine Louardi de poursuivre les trois pharmaciens qui l’avaient attaqué verbalement, mercredi au sein du Parlement, a fait avorter toutes les tentatives de réconciliation menées dans ce sens.

– Le haut-commissaire au plan déclare que l’endettement menace d’épuiser les réserves de change. Pour Abderrahim Bouazza, directeur de la supervision bancaire à Bank Al-Maghrib, la dette du Maroc « est encore raisonnable ». Najib Akesbi, économiste, affirme qu’en raison des dettes, le Maroc est entré dans une étape de risque.

Comments
To Top