Monde

Trierweiler hospitalisée après les révélations de Closer

Valerie-Trierweiler-et-Francois-Hollande

Valerie-Trierweiler-et-Francois-HollandeValérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, est hospitalisée depuis vendredi, a-t-on appris auprès de son cabinet. Cette annonce fait suite aux révélations, la veille, sur la liaison supposée du chef de l’Etat français avec l’actrice Julie Gayet.

La première dame doit sortir lundi de l’établissement parisien où elle a été admise, a précisé à Reuters son conseiller, Patrice Biancone. « Elle avait besoin de repos, elle a été hospitalisée pour des examens », a-t-il ajouté. « Elle doit sortir lundi », a-t-il précisé.

Interrogé sur l’avenir de la relation de Valérie Trierweiler avec le président, Patrice Biancone a répondu : « Ensuite, elle décidera ce qu’elle veut ».

Atteinte au respect de la vie privée

François Hollande avait déploré vendredi une atteinte au respect de la vie privée et dit étudier des suites judiciaires après la publication d’un article du magazine Closer évoquant une relation entre la comédienne Julie Gayet et le chef de l’Etat, selon l’Elysée.

Le président vit depuis le milieu des années 2000 avec la journaliste Valérie Trierweiler, qui l’a accompagné lors de nombreux voyages à l’étranger et possède un bureau à l’Elysée.

Conférence de presse de rentrée

L’hospitalisation de sa compagne officielle complique la donne pour François Hollande, à deux jours de sa conférence de presse de la rentrée.

Selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche (JDD), la médiatisation de la liaison supposée entre François Hollande et Julie Gayet a peu d’impact pour l’instant dans l’opinion.

En effet, 84% des personnes interrogées répondent que l’opinion qu’elles ont du chef de l’Etat n’a pas changé après l’article du magazine Closer, tandis que 13% disent qu’elle a changé en mal et 3% en bien.

Plus des trois quarts (77%) des Français estiment qu’il s’agit d’une « affaire privée qui ne concerne que François Hollande ».

Des questions se posent

Le Point.fr et Médiapart ont pour leur part estimé dimanche que cette affaire posait, outre la question de l’imprudence de François Hollande lui-même, celle de sa sécurité et de la compétence des services de police.

Selon l’hebdomadaire et le site d’informations, l’appartement qui a abrité les supposées relations secrètes est en effet au nom de Michel Ferracci, soupçonné de liens avec la bande corse dite de la « Brise de mer », et compagnon d’une actrice proche de Julie Gayet.

Or Michel Ferracci a été condamné le 4 novembre 2013 à dix-huit mois de prison avec sursis dans le procès du Cercle Wagram, cercle de jeux dont il fut l’un des directeurs.

afp

Comments
To Top