Monde

Inde: un conseil de village ordonne le viol d’une jeune femme

viol-inde

viol-indeLa punition est archaïque, cruelle, inhumaine … Une Indienne de 20 ans a été victime d’un viol collectif ce mardi, sur ordre du conseil de son village en Inde. Son crime: avoir eu une relation amoureuse avec un jeune homme d’une autre communauté. Treize hommes ont été arrêtés pour cette agression survenue dans le village de Subalpur, à l’ouest de Calcutta, dans le Bengale occidental, a annoncé la police jeudi.
Après la découverte de la relation entre les deux jeunes gens, « la jeune fille et son amoureux ont été attachés à deux arbres différents et condamnés à une amende de 25 000 roupies (300 euros, ndlr.) chacun pour avoir eu une liaison », a expliqué le responsable policier du district. Mais les parents de la jeune femme ont dit être incapables de débourser cette somme.
Le jeune homme avait été libéré après avoir promis de payer l’amende d’ici une semaine. Le chef du village a ordonné le viol de la jeune fille. La jeune femme, hospitalisée, a confirmé l’agression: « ils m’ont violée (…), ils avaient tous l’âge de mon père ».
La classe politique s’insurge
Les conseils de village, composés des habitants les plus âgés, exercent une influence importante sur la vie sociale dans les régions rurales, en particulier dans le nord de l’Inde, imposant fréquemment des diktats pour de supposées fautes morales.
« Treize hommes, dont le chef du conseil de village, ont été désignés dans la plainte, ils ont tous été arrêtés », a ajouté le policier. Ils ont comparu ce jeudi soir devant un tribunal qui a refusé de les relâcher.
A trois mois des élections législatives dans le pays, la classe politique indienne a dénoncé cette nouvelle agression, qualifiée « d’inhumaine et de totalement scandaleuse », certains députés demandant la condamnation à mort des agresseurs.
Il y a un an, le viol en réunion d’une étudiante de New Delhi avait secoué l’Inde et entraîné des manifestations importantes pour lutter contre les violences faites aux femmes dans cette société patriarcale.

AFP

Comments
To Top