Monde

La fille du roi d’Espagne devant la justice, une première

l-infante-cristina-d-espagne-arrive-au-tribunal-de-palma-de-majorque

l-infante-cristina-d-espagne-arrive-au-tribunal-de-palma-de-majorqueLa fille du roi d’Espagne, l’infante Cristina, a pris ses distances samedi avec les activités frauduleuses reprochées à son mari. Face au juge des Baléares qui l’a mise en examen pour fraude fiscale, elle a affirmé qu’elle « avait confiance » en lui, selon un avocat.

Arrivée en voiture au tribunal de Palma de Majorque, l’infante, blonde et souriante, sobrement vêtue d’une veste noire et d’un chemisier blanc, a salué les caméras de télévision du monde entier d’un bref « Bonjour », avant d’entrer dans le bâtiment, pour ce rendez-vous judiciaire sans précédent pour la monarchie espagnole.

Détournement d’argent public

Assise dans un fauteuil de velours rouge, dans une salle d’audition dominée par le portrait officiel de son père, le roi Juan Carlos, Cristina, 48 ans, a répondu aux questions du juge José Castro, qui instruit ce dossier explosif.

Le magistrat soupçonne la plus jeune fille du roi d’avoir coopéré avec son mari, l’ancien champion olympique de handball Iñaki Urdangarin, mis en examen le 29 décembre 2011 et suspecté d’avoir détourné, avec un ex-associé, 6,1 millions d’euros d’argent public.

Réponses évasives

« Quatre-vingt quinze pour cent de ses réponses sont évasives. Elle est sereine, tranquille, bien préparée », a déclaré Manuel Delgado, avocat de l’association de gauche Frente Civico, l’une des parties civiles, lors d’une suspension de séance.

« Elle tente de ne pas reconnaître des faits qui pourraient la compromettre. Elle exerce son droit à ne pas donner de réponses compromettantes », a-t-il ajouté. L’infante, selon cet avocat, a affirmé qu’elle avait « toute confiance en son mari », avec qui elle partage pour moitié la société Aizoon soupçonnée d’avoir servi de société écran dans les détournements.

afp

Comments
To Top