Monde

Algérie: le président Bouteflika prend la défense du DRS

bouteflika

bouteflikaLe président algérien Abdelaziz Bouteflika a pris, mardi, la défense du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), services secrets, qui ont fait l’objet de critiques publiques de la part du secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), le parti du chef de l’Etat.

« Le Département du renseignement et de la sécurité, en tant que partie intégrante de l’Armée nationale populaire, doit continuer à exécuter ses missions et attributions », a dit le président Bouteflika, dans une déclaration lue en son nom à l’occasion de la journée nationale du « Chahid » (martyr).

Il a assuré que « nul n’est en droit d’attenter aux fondements de l’édifice républicain ni aux acquis » et que « nul n’est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de se placer au dessus des dispositions de la Constitution et des lois de la République ».

Le Département du renseignement et de la sécurité « reste pleinement mobilisé pour la bonne exécution des missions qui lui incombent, à l’instar des autres composantes de l’Armée nationale populaire », a-t-il poursuivi.

Dans une précédente interview au site d’information +TSA+, Amar Saadani, patron du FLN, a déclaré que le DRS « avait failli dans la protection et la sécurité du président Mohamed Boudiaf », de même qu’il « n’a pas su protéger Abdelhak Benhamouda, ni les moines de Tibehirine, ni les bases de pétrole dans le sud, ni les employés des Nations-unies en Algérie, ni le Palais du gouvernement ».

Il a estimé que le général Mohammed Mediène, dit Toufik, chef des services secrets, « aurait dû démissionner après ces échecs », reprochant au DRS de fomenter « des scandales » et des mensonges autour du cercle le plus proche du président avec pour objectif de l’empêcher à chaque fois de briguer un nouveau mandat ».

A la suite d’une sorte de mise en garde du chef de l’Etat contenue dans un message de condoléances après le crash d’Oum El Bouaghi, M. Saadani a appelé, dimanche dernier, les instances du parti à « cesser toute polémique politique » et à se concentrer sur les préparatifs en cours pour la campagne électorale en faveur du candidat du parti, en l’occurrence M. Bouteflika.

Comments
To Top