Politique

Sondage: La popularité de Benkirane en baisse

Abdelilah_Benkirane
Abdelilah_BenkiraneLa cote de confiance du chef de gouvernement chute de 15 points en 6 mois, passant de 68% à 53%, selon le baromètre politique TIZI / AVERTY de Janvier 2014.

La deuxième édition du Baromètre politique TIZI/AVERTY  a été réalisée en Janvier 2014 en partenariat avec notre confrère Hespress, dont une synthèse est parvenue à  Menara. Elle permet de suivre l’évolution de la confiance et de la satisfaction des marocains par rapport à l’action du chef de gouvernement, du gouvernement et de l’opposition. Des chiffres éloquents, qui font sens avec l’actualité des derniers mois.

La cote de confiance du chef de gouvernement a chuté entre juin 2013 et janvier 2014, passant de 68% à 53%, soit une baisse de 15 points en 6 mois. La satisfaction quant à son action a également fortement baissé : seuls 43% des répondants sont satisfaits de l’action du chef de gouvernement en janvier 2014 alors qu’ils étaient 53% il y a 6 mois. Le baromètre TIZI / AVERTY a analysé en détail cette évolution.

En termes de catégorie socioprofessionnelle (CSP), si la confiance envers le chef du gouvernement a augmenté de 12 points pour s’établir à 58% chez les CSP A et B, elle plonge au sein des classes les moins favorisées (CSP D et E).

Seule une petite majorité (52%) des répondants de CSP D, et un peu plus du tiers des CSP E (37%) font désormais confiance au chef du gouvernement alors qu’ils le soutenaient fortement il y a 6 mois avec respectivement 72% et 76% de confiance en juin 2013.

La notoriété selon les régions

Régionalement, si dans le nord du pays (au nord de Kénitra), la confiance envers le chef de gouvernement est restée stable à 54%, elle est en baisse aussi bien dans le sud du pays (au sud de

Safi) à 63% (-11) que dans l’axe Atlantique Casablanca-Rabat à 50% (-18), et a même plongé dans l’intérieur du pays (régions de Fès, Meknès, Tadla-Azilal) pour s’inscrire à 48% (-29 points).

En termes de tranche d’âges, la confiance envers le chef du gouvernement s’établit à 46% (-22 points) chez les 25-34 ans, à 52%(-12) chez les 35-44 ans et 46% (-23) chez les plus de 44 ans. Seuls les plus jeunes (18-24 ans) continuent de soutenir fortement le chef de gouvernement avec 81% de confiance (+9).

Les Marocains restent divisés sur l’efficacité du chef du gouvernement

Les sondés sont divisés sur l’efficacité du chef du gouvernement. Alors que 47% des sondés pensent

qu’Abdelilah Benkirane dirige bien l’action de son gouvernement, 46% d’entre eux pensent le contraire (7% des sondés ne se prononçant pas).

Les sondés sont plus sévères en janvier 2014 qu’il y a 6 mois. Ils sont en effet moins nombreux à penser que le chef de gouvernement est proche des préoccupations des Marocains (57% contre 69%) et apte au dialogue (55% contre 66%). Moins de la moitié des répondants (47%) considère enfin que sa politique sociale est bonne alors qu’ils étaient 56% en juin 2013.

Baisse du pouvoir d’achat, emploi et éducation : des sujets qui fâchent

En janvier 2014, la cote de confiance du gouvernement a fortement baissé par rapport à juin 2013. Elle passe sous les 50% pour s’inscrire à 46% contre 60% il y a six mois. Concernant l’action gouvernementale, les sondés sont globalement insatisfaits et aucun des 9 sujets testés de la politique gouvernementale ne dépasse la barre des 5 sur 10.

En tête des sujets de déceptions, la baisse du pouvoir d’achat, l’emploi, la lutte contre la corruption et l’éducation concentrent les plus mauvaises notes. Cependant, un léger mieux dans l’action du gouvernement a été constaté par les sondés dans les domaines de la sécurité, de la santé et du logement.

Le RNI au gouvernement, pourquoi pas ?

L’entrée du RNI au gouvernement n’a entraîné ni engouement particulier, ni levée de bouclier. En effet, 37% des sondés pensent que cela ne rendra pas l’action du gouvernement plus efficace et 43% pensent le contraire.

Les répondants sont dans l’expectative sur la question et attendent de voir l’impact du changement de gouvernement sur les réalisations du pouvoir exécutif, comme le montrent les 20% qui ne souhaitent pas exprimer d’opinion sur l’efficacité relative du gouvernement Benkirane 2 par rapport au précédent gouvernement.

Le palmarès des ministres

El Ouafa et Ouzzine gagnent en notoriété, El Ouardi et Akhennouch en notoriété et en confiance !

Les ministres les plus connus sont dans l’ordre, M. El Ouafa et A. Rabbah, tous deux à 92%, suivis par M. El Khalfi à 90%, H. El Ouardi à 88% (+15 points), M. Ouzzine à 87% (+19 points) et A. Akhannouch à 87%, qui gagne 13 points de notoriété.

Le top 5 des ministres qui inspirent le plus confiance aux sondés se compose ainsi : El Hossein El-Ouardi, Aziz Akhannouch, Aziz Rabbah, Idriss Azami Al Idrissi et Mustapha Ramid.

Les ministres les moins connus sont Hakima El Haité (4,5%), Mamoun Bouhadhoud (8,1%), Mohamed Abbou (11%), Charafat Afilal (11,2%) et Fatema Marouane (11,8% de notoriété)

L’opposition gagne en visibilité, mais perd en sérieux

La confiance des sondés en l’opposition reste faible à 19% mais elle est en progression, puisqu’elle se situait à 13% en juin 2013, gagnant 6 points après le passage de l’Istiqlal à l’opposition.

Les sondés considèrent que l’opposition a vraiment gagné en visibilité (+24%) mais qu’elle a perdu en sérieux (-7%). Pour 72% des sondés, l’opposition ne ferait pas mieux que le gouvernement actuel si elle était au pouvoir.

Dans le détail, avec le passage de l’Istiqlal à l’opposition, la cote de confiance en l’opposition auprès des +55 ans a bondi à 80% (+22 points) alors qu’elle a baissé auprès des 18-24 ans pour s’établir à 31%. Ces chiffres semblent souligner la très grande popularité de l’Istiqlal chez les +55 ans et sa faible popularité chez les 18-24 ans.

Enfin, l’écart de confiance se resserre entre le gouvernement et l’opposition, passant de 47 à 27 points. En juin 2013, le gouvernement était doté d’une cote de confiance de 60%, contre 13% pour l’opposition, soit un écart de 47 points. En janvier 2014, la confiance du gouvernement s’est érodée à 46%, alors que la confiance en l’opposition est passée à 19%.

Le top five des figures de l’opposition

Dans l’opposition, Chami, Benchamass et Bakkoury en hausse, Baddou, Lachgar et Chabbat en baisse.

Le top 5 des personnalités de l’opposition comprend dans l’ordre : Ahmed Réda Chami (que 26% des sondés souhaitent voir plus impliqué dans la vie politique), Hakim Benchemass (21%), Mustapha Bakkoury (19%), Abdelkader El Kihel (18%) et Adil Douiri (17%).

En queue de classement des personnalités de l’opposition figurent : Yasmina Baddou (4%), Abdelhamid El Jmahri (6%), Driss Lachgar (7,50%), Khadija Rouissi (12%) et Hamid Chabat (14%).

Le Baromètre politique TIZI / AVERTY est un baromètre semestriel né du partenariat entre le réseau citoyen Tariq Ibnou Ziad Initiative et l’institut d’enquêtes et de sondages d’opinion Averty Market Research & Intelligence.

A PROPOS DE TIZI

Tariq Ibnou Ziyad Initiative (TIZI) est une initiative citoyenne, patriote et non partisane, issue de la société civile et portée par les jeunes, qui a pour objet Le réinvestissement du Politique par les jeunes et la promotion du leadership. Elle a été fondée par les 67 signataires du Manifeste de la Jeunesse Marocaine du 20 août 2011, texte fondateur de cette initiative. TIZI est un projet d’espoir et de confiance en la jeunesse marocaine qui se fixe comme objectif de faire réinvestir le champ politique par les jeunes en leur donnant les moyens d’accélérer le changement et la transition démocratique au Maroc. TIZI compte aujourd’hui près de 500 membres, dont 10 % à l’étranger, essentiellement issus de formations supérieures marocaines, françaises et américaines. Très implantée au Maroc, TIZI s’appuie également sur un réseau international en France et aux Etats-Unis, etc.

A PROPOS DE AVERTY

Averty est un institut d’enquêtes et de sondages d’opinions indépendant. Pionnier dans l’utilisation d’internet et des technologies d’information, il se veut un espace de libre expression pour les Marocains, constituant ainsi un baromètre de l’opinion publique et un outil d’aide à la prise de décision pour les individus, organisations et entreprises. Averty est déclaré auprès de l’ANRT (www.anrt.ma) et de la Commission nationale de protection des données à caractère personnel (CNDP, www.cndp.ma), et est membre de l’Association mondiale des professionnels des études de marché (ESOMAR, www.esomar.org).

Méthodologie

L’enquête a mobilisé 1.067 répondants marocains interrogés par Internet et répartis sur 39 villes au Maroc dont 35% dans la région Atlantique (axe Casablanca-Rabat), 18% dans les régions du centre du pays, 25% dans les régions du nord et 25% dans les régions du sud. En termes de répartition démographique, 23% des sondés ont entre 18 et 24 ans, 32% entre 25 et 34 ans, 26% entre 35 et 44 ans et 19% entre 45 ans et plus. En terme de CSP, 19% font partie de la catégorie socioprofessionnelle AB, 56% de la catégorie C et 25% de la catégorie D et E. Les données collectées ont fait l’objet d’une pondération afin de représenter la composition démographique de la population marocaine urbaine.

A noter que ce sondage autorisé par la Commission Nationale de Protection des Données à caractère Personnel sous le numéro: N°A-W-12/2012

Comments
To Top