Politique

Lachgar: La direction actuelle de l’USFP ne permettra à aucun membre de détruire le parti

lachgar

lachgarLe premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), M. Driss Lachgar a affirmé, jeudi à Rabat, que la direction actuelle du parti  »est animée par la volonté d’être à l’écoute de toutes ses composantes et ne permettra à aucun membre de détruire le parti ».

Répondant à une question sur l’éviction de M. Ahmed Zaidi de la présidence du groupe socialiste à la Chambre des Représentants au cours d’une conférence de presse organisée au siège central du parti, M. Lachgar a défendu le droit du bureau politique de l’USFP de prendre cette mesure, ajoutant que les groupes parlementaires relèvent des institutions des partis qui détiennent la décision dans les affaires réglementaires de ces groupes.

Le premier secrétaire de l’USFP a insisté sur le droit du parti de convoquer M. Zaidi qui « a déclaré que l’USFP ne sert à rien et persiste à militer dans le cadre du courant qu’il préside contrairement aux décisions prises par le parti lors du 9è congrès, notamment la décision réglementaire évitant la création de courants » au sein du parti.

M. Lachgar a relevé que la convocation de M. Zaidi s’inscrit dans le cadre de la détermination du parti de mettre en oeuvre les dispositions réglementaires régissant l’action au sein de cette formation politique, ajoutant qu’il n’existe pas de militant ittihadi  »hors norme » qui ne peut être interrogé et un militant ittihadi  »ordinaire ».  »L’adhésion à l’USFP donne à tous les membres les mêmes droits et leur impose les mêmes obligations sans distinction aucune », a-t-il poursuivi.

D’autre part, le premier secrétaire du parti a mis l’accent sur  »les réalisations accomplies par la nouvelles direction » dans le cadre de la reconstruction du parti décidée par les participants au 9è congrès, insistant, notamment sur le renouvellement des bureaux de 300 sections du parti, l’attachement à une méthode de gestion basée sur le respect de la différence, le dialogue et le renforcement de la démocratie interne au sein du parti.

Il a indiqué dans ce sens que  »la direction du parti a oeuvré pour la réintégration de deux partis, le parti travailliste (PT) et le parti socialiste (PS), dans l’USFP, partant de sa conviction de l’importance de l’action unioniste ». Le premier secrétaire de l’USFP a loué les qualités de l’allié  »stratégique » de son parti: le parti de l’istiqlal (PI), précisant que  »le contenu du document de référence et le programme d’action commune, signé par les deux partis au mois d’octobre 2013, vont être activés durant les prochains jours ».

Par ailleurs, M. Lachgar a évoqué  »deux faits saillants qui ont marqué, récemment, les relations extérieures du parti », abordant la visite effectuée par une délégation du parti dans plusieurs provinces autonomes en Espagne, indiquant que la délégation a défendu, lors de sa visite, la proposition d’autonomie au Sahara et a dénoncé les graves violations des droits de l’Homme commises par les séparatistes du polisario à l’encontre des séquestrés des camps de Tindouf.

Quant au deuxième fait saillant, il concerne l’adhésion de l’USFP à  »l’alliance progressiste » en tant que membre fondateur. Il s’agit d’une structure regroupant plusieurs  »partis progressistes » de différents pays du monde, a-t-il précisé, ajoutant que l’importance de cette adhésion réside dans la défense des causes nationales de l’intérieur de l’instance et la mobilisation pour mettre en échec les plans ourdis par les adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume à l’intérieur de l’organisation.

par ailleurs, M. Lachgar a critiqué, lors de cette rencontre organisée en présence de plusieurs membres du bureau politique du parti, la divergence, d’après lui, des déclarations des composantes du gouvernement sur de nombreuses questions relatives à la situation sociale et des droits de l’homme de citoyens marocains.

Il a, aussi, critiqué le bilan de mi-mandat du gouvernement, estimant qu’il n’a pas respecté les engagements qu’il a pris vis-à-vis des Marocains, notamment les classes pauvres.

Comments
To Top