Monde

Boeing disparu : la piste de l’attentat envisagée

malaysia-airlines

malaysia-airlinesL’ENQUÊTE – L’hypothèse d’une attaque terroriste s’est renforcée avec l’annonce d’une enquête sur quatre personnes suspectes.

L’hypothèse terroriste. L’hypothèse terroriste se précise. La Malaisie examine en effet cette piste après la disparition inexpliquée d’un Boeing 777 de Malaysia Airlines, peu après son décollage de Kuala Lumpur, samedi, a annoncé dimanche le ministre malaisien des Transports. L’avion, qui comptait 239 passagers à son bord, dont quatre Français, voyageait aussi et surtout avec deux passagers dont les passeports ont été volés. Deux personnes qui voyageait donc sous une fausse identité. Le ministre des Transports a évoqué, pour sa part, quatre suspects. Le gouvernement a ouvert une enquête pour terrorisme.

Deux mystérieux passagers à bord. Les services de sécurité du pays s’intéressent à deux mystérieux passagers qui auraient utilisé pour embarquer des passeports européens volés. Un Autrichien du nom de Christian Kozel et un Italien du nom de Luigi Maraldi apparaissent en effet sur la liste des passagers, mais ils n’étaient à bord, selon des responsables. Tous les deux se sont fait voler leur passeport en Thaïlande ces deux dernières années. Des éléments qui font craindre un attentat. D’autant plus que selon les informations de CNN, les deux passagers auraient acheté leurs billets ensemble.

L’identité d’un passager chinois jugée suspecte. Un citoyen chinois, dont le numéro de passeport figurait dans la liste des passagers du vol de Malaysia Airlines disparu samedi, n’était pas à bord de l’avion. Sauf qu’il n’a visiblement jamais entrepris de quitter sa province du Fujian, à l’Est de la Chine, où il vit. Par ailleurs, le propriétaire assure que son passeport n’a jamais été perdu ou volé, a ajouté l’agence. autre élément troublant : son nom ne correspond pas au nom du passager communiqué par Malaysia Airlines, associé dans la liste de la compagnie à ce numéro de passeport.

Le FBI sur l’enquête. « Parallèlement, nos services de renseignement ont été mobilisés et bien sûr les agences de contre-terrorisme (…) de tous les pays concernés ont été informées », a déclaré Hishammuddin Hussein, le ministre malaisien des Transports.

Les Etats-Unis, qui avaient trois ressortissants à bord, vont d’ailleurs dépêcher des agents et des experts du FBI pour enquêter. A Washington, un responsable américain a indiqué être au courant des informations sur deux passeports volés. « Nous n’avons pas trouvé de lien avec le terrorisme, bien que ce soit trop tôt et en aucune façon définitif ». « Le fait que les passeports ont été volés ne veut pas dire que les voyageurs étaient des terroristes », a ajouté un haut responsable du Département de la Sécurité intérieure au Los Angeles Times, notant qu’il pouvait s’agir de simples « voleurs ».

« Possibilité » que le Boeing ait fait demi-tour avant de disparaître. Si le Boeing n’avait envoyé aucun signal de détresse, il semblerait toutefois que l’appareil ait tenté de faire demi-tour juste après le décollage. En se basant sur l’analyse des radars, les autorités ont évoqué cette « possibilité réelle ». « Une des hypothèses est qu’il revenait vers Kuala Lumpur », a indiqué le chef de l’armée de l’air malaisienne, le général Rodzali Daud.

Un avion apte à voler. La compagnie aérienne malaisienne reconnaît que le Boeing 777-200 avait subi une avarie à une aile en 2012. L’extrémité d’une aile de l’appareil avait été endommagée dans une collision au sol avec un autre avion à l’aéroport Pudong de Shanghaï. Mais Malaysia Airlines assure que l’appareil avait été dûment réparé et était apte au vol. L’aile « a été réparée par Boeing, certifiée par Boeing et par plusieurs autorités » de l’aviation civile, a assuré le PDG de Malaysia Airlines, Ahmad Jauhari Yahya. L’avion « était apte au vol », selon lui.

L’avion toujours introuvable. L’avion, qui devait faire Kala Lumpur-Pékin, a disparu des écrans radars samedi, une heure après le décollage. Il aurait disparu quelque part entre l’est de la Malaisie et le sud du Vietnam. Une traînée de kérosène de 20 km aurait été aperçue en mer entre la Malaisie et le Vietnam, mais l’avion n’a toujours pas été trouvé sur place. Plusieurs payés d’Asie ont mobilisé des secours pour retrouver l’avion. Au total, une quarantaine de navires et 22 appareils de divers pays, notamment Chine, Etats-Unis, Vietnam, Malaisie, Philippines, Singapour participent désormais aux opérations.

Comments
To Top