Politique

Les camps de Tindouf sont privés des droits les plus élémentaires reconnus par l’ONU

dkhil

dkhilLes camps de Tindouf sont privés des droits les plus élémentaires reconnus par l’ONU, notamment le droit d’asile, a affirmé, Bachir Dkhil Ahmed, l’un des fondateur du polisario qui a regagné la mère-patrie.

Les camps de Tindouf se sont transformés en un fonds de commerce générateur de revenus au profit des dirigeants du « polisario » dont le nombre se compte sur le bout des doigts, a affirmé, M. Dkhil, également président de l’association Alter-Forum, dans un entretien au quotidien « Assabah » publié samedi.

M. Dkhil a jugé paradoxal de soumettre les populations à une poignée d’individus dont l’influence se retrouve renforcée uniquement grâce au soutien algérien et à l’administration d’une main de fer des camps de Tindouf.

« Le polisario n’a jamais représenté tous les sahraouis. Il s’agit là d’une allégation prétentieuse », a-t-il martelé, précisant que le nombre des dirigeants du « polisario », tous rangs confondus, ne dépasse guère 200 tandis que les provinces du Sud comptent plus de 1.000 élus issus des instances élues au Sahara. Et de surcroît, a-t-il ajouté, toutes les institutions étatiques sont dirigées par des sahraouis.

C’est l’Algérie qui dicte les décisions du « polisario », un mouvement qui a été vidé de toute sa substance pour devenir un instrument entre les mains des généraux algériens, a-t-il poursuivi, soutenant que le conflit du sahara est devenu un moyen pour détourner l’attention des Algériens des problèmes qui minent le pays en les laissant croire que leur sécurité est menacée.

M. Dkhil a, par ailleurs, mis en avant les actions entreprises par SM le Roi Mohammed VI en direction de l’Afrique qui ont impulsé une nouvelle dynamique aux relations maroco-africaines et renforcé le rôle pionnier du Maroc sur la scène africaine. Les initiatives royales ont aussi amené plusieurs pays africains à retirer leur reconnaissance de la fantomatique rasd.

Le conflit du Sahara dit occidental, rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l’Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du polisario. Le polisario soutenu par le pouvoir algérien revendique la création d’un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.

map

Comments
To Top