Politique

Le MEN réagit : «la transaction du programme Massar est conforme »

massar
massarDans une mise au point publiée dimanche, le ministère de l’Education nationale affirme que la transaction relative à la mise en œuvre du programme « Massar » est conforme aux procédures administratives

Cette une mise au point rendue publique fait suite à des écrits relayés par des journaux et sites électroniques, le ministère souligne avoir veillé dans cette transaction à consacrer les principes de « transparence et de probité », ajoutant que ce marché public portait sur l’assistance technique pour le développement du système d’information du département de l’éducation nationale dans le cadre du programme d’urgence.

Ce marché a été annoncé en 2009 à travers un appel d’offres ouvert, publié dans la presse nationale le 30 septembre de la même année ainsi que sur le portail national des marchés publics, rappelle la même source.

Enveloppe du marché 14,5 million de DH

Ce marché, dont le montant global s’élève à près de 14,5 millions de DH hors TVA, a mis en concurrence, durant 3 années, quatre sociétés spécialisées dans ce domaine, note le texte, précisant que l’entreprise adjudicatrice a été sélectionnée conformément aux procédures juridiques en vigueur, et que la transaction a été soumise au contrôle préalable, avant que les services compétents du ministère de l’Economie et des finances n’en donnent le visa et l’approbation, poursuit le communiqué.

Le système informatique Massar cible 6,5 millions d’élèves et 10.500 établissements scolaires, selon la même source, soulignant que contrairement à ce qui a été véhiculé par les médias, ce système ne constitue qu’un projet parmi d’autres réalisés depuis 2010 et ayant bénéficié de l’assistance technique fournie dans le cadre de ce marché.

D’autres marchés ont eu lieu dans les mêmes conditions

Parmi ces projets, le ministère cite ceux concernant les mouvements de mutation ayant concerné 300.000 fonctionnaires, le système informatique de gestion des concours d’accès aux centres régionaux des métiers de l’éducation et de formation (170.000 candidats), les programmes « carte scolaire » et « ESISE » portant sur la gestion des statistiques, les services INSAT et Mouwakaba, le portail institutionnel et le portail administratif du ministère ainsi que le service Tarchih ciblant les candidats libres au baccalauréat.

map

Comments
To Top