Monde

Les Egyptiens ont un jour de plus pour voter à la présidentielle

un-portrait-d-abdel-fattah-al-sissi

un-portrait-d-abdel-fattah-al-sissiLe gouvernement égyptien a rallongé d’une journée le scrutin de l’élection présidentielle, à laquelle le maréchal Abdel Fattah al Sissi est donné grand favori. Le taux de participation était plus bas que prévu. L’ex-chef de l’armée veut montrer qu’il a le soutien de la population par un taux de participation record.

Cette prolongation permettra « au plus grand nombre possible » d’électeurs de se rendre aux urnes, ont indiqué les médias d’Etat. Les autorités avaient auparavant déjà annoncé que les bureaux de vote resteraient ouverts une heure de plus que prévu mardi soir.

A peine plus de 30%

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a fait état de « 16 millions de votants lundi », soit près du tiers des 53 millions d’inscrits, selon les estimations des services de sécurité.

Avec pour seul rival le candidat de gauche Hamdeen Sabbahi, arrivé troisième à la présidentielle en 2012, Abdel Fattah al-Sissi veut montrer qu’il a le soutien de la population. Durant la campagne, il avait d’ailleurs demandé aux électeurs une mobilisation massive.

L’ancien chef de l’armée avait orchestré le coup d’Etat du 3 juillet contre le premier président égyptien démocratiquement élu, l’islamiste Mohamed Morsi.

Mises en garde

Dans la journée, le ministère de la Justice a fait savoir que ceux qui n’iraient pas voter se verraient infliger une amende. Un célèbre présentateur de télévision a qualifié de « traÎtres » les abstentionnistes.

Ne pas voter revient à « désobéir au pays », a de son côté dit la mosquée d’Al-Azhar, plus haute autorité islamique d’Egypte sous le contrôle de l’Etat, selon la télévision. Le primat de l’Eglise copte, Théodore II d’Alexandrie, est lui aussi intervenu à la télévision pour exhorter ses ouailles à se rendre aux urnes.

Les Frères musulmans, classés depuis décembre comme organisation terroriste, ont appelé à boycotter le scrutin. Les pro-Morsi, qui manifestent régulièrement, sont réprimés dans le sang. Plus de 1400 personnes ont été tuées, quelque 15’000 arrêtées et des centaines déjà condamnées à mort au terme de procès expéditifs dénoncés par la communauté internationale.

Les résultats doivent être annoncés avant le 5 juin et des législatives devraient suivre, vers l’automne.

Comments
To Top