Auto/Moto

La voiture de Google sera électrique… et sans pilote

Google's own self-driving cars, no steering wheel

Google's own self-driving cars, no steering wheelGoogle a commencé à construire ses propres voitures sans conducteur. L’entreprise espère les lancer sur les routes dans les prochaines années.

Pas de volant, de pédale d’accélérateur ou de pédale de frein: le géant américain d’internet Google a commencé à construire ses propres voitures électriques sans conducteur dont il projette de fabriquer une centaine de prototypes.

« Si tout va bien, nous aimerions lancer un petit programme pilote ici en Californie dans les deux prochaines années », a indiqué le groupe sur son blog alors qu’un prototype était présenté mardi soir.

La forme de cette petite Google Car électrique est une sorte d’hybride entre une Fiat 500 et une Smart.

Disposant de grands espaces vitrés, cette deux places n’aura « pas de volant, de pédale d’accélérateur ou de pédale de frein, parce qu’elle n’en a pas besoin. Nos logiciels et nos capteurs font tout le travail », a assuré Google qui prévoit toutefois d’effectuer dans les mois à venir des tests avec des conducteurs disposant d’un contrôle manuel.

Le véhicule est surmonté d’une petite tourelle munie de multiples capteurs et lasers qui permettent à la voiture d’appréhender ce qui l’entoure et ainsi de se « conduire » toute seule. Une caméra installée dans le capot surveille également ce qui se passe devant.

Limitées à 40 km/h

La Google Car est une propulsion dont la face avant a également été pensée pour les piétons: à la place d’un pare-chocs, elle a en effet une calandre souple et son pare-brise peut se déformer en cas de choc, ce qui limitera le risque de blessure.

Google insiste aussi beaucoup sur la sécurité. La vitesse des voitures sera bridée à 40 km/h, et elles seront équipées de capteurs permettant de supprimer les angles morts et de détecter des objets dans toutes les directions et à une distance équivalant à « plus de deux terrains de football », selon Chris Urmson.

À la mi-mai, le géant californien qui développe ce projet de voitures autonomes depuis cinq ans avait présenté une Lexus sans conducteur. Le groupe américain assurait alors avoir surmonté certains des obstacles majeurs rencontrés dans la conduite en ville.

Comments
To Top