Monde

Musée juif: arrestation d’un Français qui aurait combattu en Syrie

mehdi-nemmouche

mehdi-nemmoucheUn homme âgé de 29 ans qui pourrait être l’auteur de la fusillade meurtrière la semaine dernière au Musée juif de Bruxelles a été interpellé à Marseille. Soupçonné d’avoir été en Syrie en 2013 auprès de groupes jihadistes, le Français était fiché par la police.

Le suspect a été interpellé vendredi aux abords de la gare Saint-Charles à Marseille et a été placé dans les locaux de la police judiciaire marseillaise avant d’être transféré à Paris, apprend-on de source policière à Marseille.

Remis aux agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), il a été placé en garde à vue pour assassinat et tentative d’assassinat ainsi que pour détention et transport d’armes, en lien avec une entreprise terroriste, a précisé une source judiciaire.

Armes et caméra concordantes

L’homme a été arrêté avec en sa possession un fusil Kalachnikov et une arme de poing qui pourraient être ceux utilisés à Bruxelles, a-t-on précisé. Parmi ses vêtements, il y avait une casquette semblable à celle que portait le tireur du musée.

Par ailleurs, la presse belge avait rapporté que le tueur portait une caméra fixée à la bandoulière d’un de ses sacs. Or le suspect a été arrêté avec une caméra portative de type GoPro, à l’instar du tueur Mohamed Merah, qui avait ainsi filmé en mars 2012 à Toulouse et Montauban (France) les meurtres, au nom du jihad, de trois parachutistes puis trois enfants et un enseignant juifs.

De retour de Syrie

Originaire de Roubaix, le suspect arrêté vendredi avait fait de la prison en 2012 et la police avait depuis perdu sa trace, a ajouté la source policière. Selon le président français qui a salué le travail des forces de police, notamment des douaniers, l’homme pourrait avoir combattu en Syrie.

François Hollande a d’ailleurs assuré que l’Etat était mobilisé contre les personnes parties faire le jihad, pour « éviter qu’à leur retour ils puissent nuire comme, hélas, ça risque de s’être produit à Bruxelles ».

Le « profil jihadiste » du suspect risque de relancer la polémique sur la surveillance des Français qui partent faire la guerre en Syrie. Quelque 780 personnes vivant dans l’Hexagone sont en route pour ce pays, ont rallié ce pays en guerre ou en sont revenues.

AFP

Comments
To Top