Médias

IAM fait le show à Mawazine, un quart siècle de rap engagé sur scène

IAM
LIAMe groupe emblématique du hip hop français IAM a enflammé les foules lors de son concert, dimanche soir au Festival Mawazine, livrant sur scène une expérience d’un quart siècle de rap engagé.

Sur la scène internationale de l’OLM Souissi, la référence de la musique urbaine dans l’Hexagone a livré un show digne de ses plus grands concerts, enchaînant les tubes et les rappels sous les applaudissements nourris d’un public impressionnant, dont plusieurs touristes et des Marocains de France.

Tous étaient sensibles au message universel de la paix véhiculé par le groupe marseillais qui milite depuis le début des années 90 contre la montée du racisme dans l’Hexagone, racontant la vie à Marseille et à la banlieue, les souffrances et les drames humanitaire à travers le monde, avec à la clé : des émotions fortes, des textes sombres, la poésie du bitume et des envolées lyriques.

Conquis, le public a été magiquement transporté par leur prestation théâtrale de tubes inspirés par les rythmes d’arts martiaux avec de nombreuses références à l’Egypte antique, comme le montre d’ailleurs les pseudonymes des membres du groupe d’Akhenaton (Philippe Fragione), Shurik’n (Geoffroy Mussard), Kheops (Eric Mazel), Imhotep (Pascal Perez) et Kephren (François Mendy).

En transe, les amateurs du rap étaient particulièrement ravis de les voir interpréter des titres au succès phénoménal, à commencer par leurs premières chansons « de la planète Mars », « Je danse Le Mia », jusqu’à leur dernier album sorti en 2013, Arts Martiens, où IAM produit un rap adulte, intense et plus actuel que jamais, mélangeant avec brio émotions fortes, textes sombres, poésie du bitume et envolées lyriques.

Dans une conférence de presse avant le concert, le fondateur d’IAM Philippe Fragione, alias Akhenaton, avait confié que le groupe ambitionne d’intégrer dans sa musique les rythmes marocains, étant donné que le patrimoine culturel marocain est riche de sons qui ne pourraient qu’enrichir son répertoire, rappelant qu’IAM avait déjà collaboré avec le groupe marocain Lafnyer.

Pilier et vétéran du hip-hop français depuis les années 1990, les Marseillais d’IAM ont donné naissance au rap français et marqué l’histoire de la musique urbaine aux côtés de NTM ou encore Assassin, selon les organisateurs.

Héritiers des racines new-yorkaises du rap, IAM se produit depuis plus de deux décennies avec toujours autant de succès en France et à l’étranger. Pendant neuf jours, cette 13ème édition de Mawazine, placée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et organisée par l’association Maroc-Cultures, rassemble pas moins de 1.500 artistes, dont de grands noms de la scène marocaine et panarabe, des stars de renommée internationale et des interprètes reconnus des principales traditions musicales de la planète, autour d’un seul mot d’ordre : « Nos différences nous ont réunis ».

Comments
To Top