Sport

« Fracassés! », « Echec mondial »: la presse espagnole sous le choc

casillas

casillasFracassés! », « Echec mondial »: la presse espagnole ne trouvait pas de mots assez forts mercredi soir pour qualifier l’élimination de l’équipe nationale de football du Mondial-2014 après sa défaite (2-0) face au Chili, qui éclipsait en Une l’abdication du roi Juan Carlos.

« Echec mondial », titrait en grosses lettres le quotidien El Mundo, la défaite de la Roja reléguant en seconde position dans son édition en ligne les photos du roi Juan Carlos et de son fils, qui allait devenir à minuit le roi Felipe VI, durant la cérémonie d’abdication.

« Fracassés! »: en énormes lettres le titre barrait la Une du journal sportif Marca, qui évoquait le « triste adieu de la championne du monde ».

« L’Espagne est une nouvelle fois tombée en offrant une très triste image après avoir été dominée par une sélection chilienne qui s’est à peine forcée. Vargas et Aranguiz (les auteurs des deux buts chiliens) durant la première mi-temps ont montré les carences d’une sélection qui demande à cor et à cris une relève des générations », ajoutait le journal.

Même tonalité pour le quotidien AS, sous le titre « Un coup de Maracana et adieu au Mondial ». « L’Espagne est restée sans réaction et devient la première équipe éliminée. Vargas et Aranguiz ont marqué de leur signature le drame espagnol. Le débat s’ouvre sur la fin d’un cycle et la succession », soulignait le journal.

« L’Espagne hors du Mondial après avoir chuté face au Chili », annonçait plus sobrement El Pais. « La sélection de Del Bosque a perdu l’occasion qu’elle avait de rester vivante au Mondial, en chutant avec fracas face au Chili, qui s’est montré toujours très supérieur ».

« Deux buts de Vargas et Aranguiz ont suffi à l’équipe chilienne pour écraser la championne du monde, qui signe un jeu calamiteux aggravant la catharsis commencée face aux Pays-Bas », ajoute le journal, évoquant la déroute de la Roja écrasée par cinq buts à un par les Pays-Bas.

Juste en-dessous, El Pais consacrait une large page à l’abdication du roi Juan Carlos et l’avènement de Felipe VI, sous le titre « La fin d’un règne ».

Les excuses de Casillas

Iker Casillas, capitaine de la sélection espagnole, a présenté ses excuses aux supporters et signalé que les joueurs sont les premiers responsables de l’élimination au premier tour des champions du monde en titre, battus 2-0 par le Chili, mercredi, après avoir perdu 5-1 contre les Pays-Bas vendredi passé.

« Nous voulions faire tout notre possible pour maintenir les espoirs des gens, mais nous n’avons pas réussi. Il faut présenter nos excuses, nous sommes les premiers responsables. Nous sommes blessés et agacés », a commenté le gardien du Real Madrid sur la chaîne Tele 5.

Casillas a ajouté qu’à présent, il devait « regarder vers l’avenir, réfléchir sur ce qu’il s’est passé, mais ce n’est le moment de prendre des décisions à chaud. »

« Une journée triste » pour Del Bosque

.Le sélectionneur de l’Espagne, Vicente Del Bosque, a demandé « le temps de la réflexion » mais n’a pas annoncé de décision fracassante après l’échec cuisant d’une élimination au premier tour du Mondial-2014, mercredi à Rio de Janeiro.

« C’est une triste journée pour nous tous », a affirmé Vicente del Bosque, le sélectionneur des champions du monde espagnols éliminés du Mondial-2014 après leur défaite 2-0 devant le Chili, mercredi à Rio.

« Nous sommes désolés de n’avoir pas pu gagner, mais il est trop tôt pour analyser ce que nous ferons à partir de maintenant », a ajouté Del Bosque, en faisant allusion à la déroute en ouverture du groupe B face aux Pays-Bas (1-5).

« Nous sommes moins forts que les Pays-Bas et le Chili. Ils ont marqué des buts et nous ont obligés à grimper une montagne. Nous étions trop timides en première période et n’avons pas suffisamment réagi en seconde période. Le premier but leur a vraiment donné des ailes. Ils nous en ont mis pleine la figure », a encore dit Del Bosque.

« Nous avons été un peu timides en première période, mieux en seconde mais cela n’a pas suffi pour égaliser », a déclaré Del Bosque. « En deux matches nous n’avons pas été capables d’être meilleurs que les Pays-Bas et le Chili, alors nous sommes éliminés. Nous n’avons pas non plus eu beaucoup de chances sur nos occasions, mais je ne cherche pas d’excuses, nous étions inférieurs aux Pays-Bas et au Chili et nous avons chuté. »

Del Bosque ne pense pas que l’Espagne, championne du monde et double championne d’Europe en titre, manquait de motivation.

« J’ai déjà vu des groupes démotivés mais là ce n’était vraiment pas le cas », selon Del Bosque. « Quand je repense aux 25 jours de préparation, à la bonne entente à l’esprit du groupe, je n’aurais jamais cru que nous serions éliminés dès le premier tour. Nous étions bien préparés, mais la seconde période contre les Pays-Bas et la première contre le Chili sont une déception totale. »

La Roja est peut-être à un tournant de son histoire.

« Je ne veux pas réfléchir tout de suite à ce qu’il s’est passé, j’ai besoin de temps pour analyser. C’est sûr qu’un Mondial aussi négatif va entraîner des conséquences, mais la Fédération n’est pas en décomposition, le temps des décisions doit être pris avec calme, nous verrons ce qui est le mieux pour le foot espagnol. Nous prendrons le temps également en ce qui me concerne. Depuis le match contre les Pays-Bas jusqu’à aujourd’hui, nous avons reçu beaucoup de messages d’affection et de sympathie pour la sélection, nous sommes ceux qui souffrons le plus de n’avoir pas répondu à cette attente. Mais il faut aller de l’avant », a conclu le sélectionneur espagnol.

Xabi Alonso: « On n’a pas été à la hauteur »

Xabi Alonso se montrait fataliste après la défaite de l’Espagne face au Chili, synonyme d’élimination au 1er tour de la Coupe du monde.

« C’est un échec inattendu mais c’est le sport. Il faut savoir l’accepter », déclare le médian du Real Madrid. « On a eu des grandes joies et maintenant une grande tristesse. On n’a pas su maintenir la conviction, la faim, sans doute en raison des nombreuses victoires. On n’a pas pu maintenir ce niveau. On a fait beaucoup d’erreurs, on n’a pas su maintenir la solidité qui nous avait fait gagner beaucoup de matches. On n’a pas su garder la faim, la conviction, la volonté. On n’avait pas les mêmes sensations sur le terrain que lors des autres championnats. C’est un peu tout. Mentalement, on n’était pas prêts et physiquement, on était un peu justes. Donc, tout ca ensemble fait qu’on n’était pas dans les meilleures conditions et footballistiquement, on n’a pas été à la hauteur ».

« J’ai déjà vu des groupes démotivés mais là ce n’était vraiment pas le cas », selon Del Bosque. « Quand je repense aux 25 jours de préparation, à la bonne entente à l’esprit du groupe, je n’aurais jamais cru que nous serions éliminés dès le premier tour. Nous étions bien préparés, mais la seconde période contre les Pays-Bas et la première contre le Chili sont une déception totale. »

AFP

Comments
To Top