Sport

La Belgique bat les USA et jouera l’Argentine en quarts

usabelgique

usabelgiqueIl y avait 0-0 après les 90 minutes de temps réglementaire. C’est en prolongations que les Diables Rouges ont fait la différence pour s’imposer 2-1 face à des Américains qui y ont cru jusqu’au bout.

La Belgique d’Eden Hazard est au rendez-vous des quarts de finale de la Coupe du monde. Les Diables rouges ont dû passer par les prolongations pour se défaire à Salvador des Etats-Unis (2-1), volontaires mais limités. Prochaine étape pour les Belges: vendredi à Brasilia contre l’Argentine.

Depuis le début du tournoi, Romelu Lukaku, décevant, avait dû céder la vedette au jeune Divock Origi (19 ans), qui le remplaçait en fin de partie. Relégué sur le banc par l’espoir de Lille, l’attaquant d’Everton est entré pour disputer les prolongations et a mis moins de trois minutes à être décisif. Une percée en puissance côté droit pour servir un De Bruyne enfin en réussite: 1-0 à la 93e. Puis une course dans l’axe et un tir: 2-0 à la 105e. Une fois de plus, le coaching de Marc Wilmots a payé…

Attendus au tournant, les Diables rouges font honneur à leur statut d’outsiders. Ils chercheront, contre les bourreaux de l’équipe de Suisse, à offrir au Plat Pays sa première demi-finale depuis celle perdue 2-0 à Mexico en 1986 face à… l’Argentine de Diego Maradona, auteur des deux buts au Stade Aztèque.

Hazard en leader

Même s’il n’est pas aussi tranchant qu’espéré – il évolue toutefois un peu plus bas qu’en club -, Eden Hazard demeure le maître à jouer et à penser de cette Belgique bourrée de talent. Le no 10 de Chelsea a troqué mardi son costume de star pour se mettre entièrement au service de son équipe, comme sur une course rageuse de vingt-cinq mètres pour intercepter en catastrophe, dans sa propre surface, un bon ballon de Yedlin en première mi-temps.

Alors, sans fioriture mais toujours dans le sens du jeu, Hazard a commencé de peser plus et les Etats-Unis ne s’en sont pas remis. Les Boys n’ont presque pas existé en deuxième mi-temps et n’ont pas été sortis du match plus vite grâce aux prouesses de leur gardien Tim Howard. Le portier… d’Everton a longtemps fait le malheur de Belges ayant parfois opéré de très mauvais choix dans le dernier geste.

Les USA n’ont finalement sonné le réveil qu’à 2-0, ce qui a paradoxalement failli suffire. A peine entré en jeu, le prometteur Julian Green (Bayern Munich) a réduit l’écart d’une volée dans la surface à la 107e. Et Jermaine Jones, infatigable, n’a raté le 2-2 à la 108e que pour quelques centimètres. Assez peu sollicité, Thibaut Courtois s’est posé en sauveur à la 114e sur un coup franc combiné astucieusement par Bradley, Jones et Dempsey, en sortant promptement dans les pieds du capitaine US.

Panoplie limitée

Il aurait toutefois été bien cruel pour les Diables rouges d’être entraînés dans une séance aussi versatile que les tirs au but, eu égard à leur nette domination et à leur évidente supériorité. Reste que le baroud américain du dernier quart d’heure de la prolongation a été des plus impressionnants.

Toutefois, à part Dempsey, Bradley et Jones, les Américains n’ont eu à peu près que leurs aptitudes athlétiques à faire valoir à l’Arena Fonte Nova. Leur rush final, quand la Belgique était presque à bout de forces, en est la preuve. Mais les Boys, quand l’adversaire est d’un gros calibre et que l’enjeu supprime par essence toute forme de laisser-aller dans l’autre camp, n’ont pas encore à disposition une panoplie suffisamment étoffée pour l’emporter. Pour le moment…

Comments
To Top