Societe

Affaire Salma et Soumia: Les explications du ministère de l’éducation nationale

salmasoumia
salmasoumiaL’académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) est la seule partie habilitée à exécuter les mesures prises à l’endroit des fraudeurs, affirme mardi le ministère de l’éducation nationale

Le ministère de l’éducation nationale a souligné dans un communiqué rendu public, que « nul ne peut modifier ou annuler les décisions des commissions de correction et des commissions chargées de statuer sur les cas de fraude », précisant que l’AREF est la seule partie habilitée, en vertu de l’article 105 du décret ministériel relatif au manuel de procédures des examens de baccalauréat publié le 6 mai 2014, à exécuter les mesures prises à l’endroit des fraudeurs, sur la base de ces décisions.

 

Cette précision vient à la suite d’informations relayées par certains médias au sujet de son refus d’exécuter un jugement relatif à l’exclusion des deux sœurs jumelles, Salma et Soumia Al-Ahmadi (branche des sciences physiques à la province de Berkane), des examens de la session de rattrapage du baccalauréat au titre de l’année 2014.

Deux copies d’examen « identiques »

Au sujet de cette affaire, le ministère indique que la commission de correction a constaté, au cours de l’opération de correction, que les réponses des deux élèves aux épreuves de philosophie sont identiques, ce qui l’a amené à signaler un cas de fraude à l’encontre des deux filles et à en informer par un rapport l’AREF de la région de l’Oriental, conformément aux dispositions du décret ministériel susmentionné, rappelant que les feuilles d’examen sont soumises à une opération de correction anonyme sans aucune mention des noms des candidats.

Il a rappelé, à ce propos, la décision du jury de délibération portant sur l’échec des deux candidates aux examens et leur interdiction de passer la session de rattrapage, conformément au rapport de la commission régionale chargée de statuer sur les cas de fraudes.

Le ministère a indiqué que l’AREF de l’Oriental a chargé, aussitôt après avoir reçu une demande de la part du tuteur des deux élèves, la commission de correction de procéder à la révision des feuilles d’examen des deux candidates conformément aux dispositions du manuel de procédures susmentionné, notant que ladite commission a confirmé dans un rapport détaillé à ce sujet le cas de fraude, s’appuyant en cela sur des arguments clairs après une comparaison et une analyse des feuilles des deux élèves.

Le communiqué fait savoir qu’à la suite de la publication du jugement du tribunal administratif portant sur l’arrêt de l’exécution de la décision de l’AREF de l’Oriental, « le ministère a décidé de lancer la procédure d’appel conformément aux lois en vigueur « .

avec map

Comments
To Top