Politique

Effondrement de Casablanca: »Le gouvernement assume la responsabilité »

benabdallah
benabdallahNabil Benabdallah, a affirmé, mardi, que les autorités effectuent une enquête pour déterminer les responsabilités concernant l’effondrement de trois immeubles au quartier Bourgogne à Casablanca.

De même une expertise sur les immeubles avoisinants est en cours de réalisation afin d’éviter que de tels drames ne se reproduisent, a souligné Le ministre de l’Habitat et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdallah, en réponse à deux questions orales sur ce sujet présentées par le groupe fédérale et le groupe Authenticité et modernité à la Chambre des Conseillers.

« Tout le quartier Bourgogne ainsi que les autres quartiers ayant bénéficié des autorisations similaires, sont concernés par ce qui est arrivé aux trois immeubles, a-t-il fait savoir, précisant que le ministère ne livre pas ce genre d’autorisations vu que son rôle se limite au contrôle.

« Le gouvernement dans sa totalité assume la responsabilité de ce qui se passe », a dit le ministre.

La surchage à l’origine de l’effondrement

M. Benabdallah a expliqué que la surchage serait à l’origine de l’effondrement de ces immeubles, construits dans les années soixante, selon la conception rez-de-chaussée plus un étage (R+1), avant de passer à R+5 selon le nouveau plan d’aménagement. Les autorisations ont été livrées dans ce sens au niveau local par les communes élues sur la base du plan d’aménagement, a-t-il relevé.

S’agissant des habitats menaçant ruine dans les anciennes médinas, le ministre a souligné qu’il s’agit d’une problématique liée à l’âge de la construction qui oscille entre 100 et 200 ans.

Le gouvernement est incapable d’agir contre les effets des facteurs naturels qui rendent ces maisons vulnérables et menaçant ruine, a-t-il noté, assurant que l’exécutif œuvre pour faire face à ce phénomène à travers la mise en place des programmes dans ce cadre.

A ce propos, le ministre a rappelé la signature d’une convention pour faire face à ce phénomène dans la ville de Fès, d’un coût global de plus de 600 millions de dirhams, et une autre concernant Casablanca (360 MDH), outre la conclusion de 59 conventions avec 31 associations. M. Benabdallah a, de même, rappelé que 43.000 maisons sont actuellement des habitats menaçant ruine.

map

Comments
To Top