Politique

Le Maroc appelle à l’arrêt de l’agression « inacceptable » contre Gaza

gaza8
gaza8Le Maroc a appelé, samedi, à l’arrêt immédiat de l’agression israélienne « inacceptable et injustifiée » contre Gaza, indique un communiqué du ministère des affaires étrangères et de la coopération

« Le Royaume du Maroc appelle à faire prévaloir la sagesse et à l’arrêt immédiat de l’agression (israélienne) contre Gaza, une agression inacceptable, injustifiée et condamnable par la loi internationale et les valeurs de droit humain », souligne le communiqué.

Le Maroc « qui suit avec grande préoccupation » l’escalade militaire israélienne contre le peuple palestinien désarmé, avait condamné avec force l’agression menée depuis 12 jours par les forces d’occupation israéliennes contre Gaza et qui avait fait plusieurs morts et provoqué la destruction de maisons de Palestiniens et de leurs biens. A cet égard, le Maroc a mis en garde contre le danger d’une éventuelle invasion militaire terrestre de Gaza par les forces d’occupation, ajoute le ministère.

Marche de solidarité dimanche

« Toute opération militaire terrestre ne pourrait que mener à plus d’effusion de sang de civils innocents, compliquer la situation, accentuer la tension et répandre la culture d’animosité et de haine », avertit le ministère.

Une marche de solidarité avec le peuple palestinien sera organisée dimanche prochain à Rabat. La marche sera organisée à l’initiative de l’Association marocaine de soutien à la lutte du peuple palestinien (AMSLP) et du Groupe d’action national pour le soutien à la Palestine.

Ces deux associations ont appelé les organisations politiques, syndicales, humanitaires et associatives, ainsi que l’ensemble des citoyens marocains à participer massivement à cette marche.

337 morts en 12 jours

A Gaza, au moins 41 Palestiniens ont péri samedi, portant à 337 morts et quelque 2.400 blessés le bilan depuis le début des bombardements israéliens le 8 juillet. Selon l’ONU, les civils représentent plus des trois-quarts des victimes et selon l’Unicef au moins 73 mineurs ont été tués.

Quatre Palestiniens d’une même famille, dont deux enfants, ont été tués samedi dans une frappe aérienne sur le nord de l’enclave, selon les secours.

Sur le plan diplomatique, aucune avancée en vue d’un cessez-le-feu n’a été constatée malgré des pourparlers sous l’égide de l’Egypte et après l’échec d’une initiative de trêve rejetée par le Hamas.

Un « bilan humain extrêmement lourd »

Néanmoins, les diplomates s’activaient, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon prévoyant un déplacement dans la région à compter de samedi.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, était lui attendu en Jordanie, puis en Israël dans la foulée de pourparlers en Egypte où il a rencontré notamment le président palestinien Mahmoud Abbas.

Dénonçant un « bilan humain extrêmement lourd », M. Fabius a jugé qu’un « cessez-le-feu [était] urgent et impérieux ». Les Etats-Unis se sont eux inquiétés vendredi des « risques d’une escalade ».

Quatre étages de civils

Les Gazaouis continuaient eux de crier leur désespoir, leur peur et leur colère contre Israël, accusé d’avoir réduit en poussière des centaines de maisons et d’immeubles.

« Quoi qu’il bombarde ça ne change rien! C’est un acte criminel! Ce sont des civils ici, ils n’ont pas bombardé de militaires, mais quatre étages de civils. C’est le terrorisme d’Etat israélien », s’emportait Adnan Hachem, devant les décombres de son immeuble.

Comments
To Top