Economie

Fruits et légumes : le Maroc va augmenter ses exportations vers la Russie

fruitslegumes

fruitslegumesLes sanctions européennes et américaines, introduites la semaine dernière contre la Russie, seraient bénéfiques aux exportateurs marocains de fruits et légumes. C’est ce qu’a déclaré Hassan Sentissi El Idrissi, président du Conseil d’affaires maroco-russe mais aussi de l’Association marocaine des exportateurs (Asmex). « La Russie possède un important marché de consommateurs », a-t-il fait observer, ajoutant qu’il y a « une opportunité à saisir par les exportateurs marocains, sachant que ce pays est un grand importateur mondial en centaines de milliards de dollars ». « L’Asmex a fait savoir qu’une stratégie sera prête vers la fin du mois courant », a indiqué le journal marocain francophone Les Inspirations Eco.

Il s’agit par ailleurs de viser certaines niches telles que les produits agroalimentaires, la pêche et le commerce du cuir. Au regard des difficultés en vue en raison des nouvelles règles « posées unilatéralement » par l’Union européenne quant aux importations de fruits et légumes marocains, les exportateurs du royaume chérifien voient là l’occasion de rediriger certains flux, auparavant européens, vers la Russie. À l’appui de cette approche, cette affirmation de M. Sentissi selon laquelle « certains produits marocains exportés vers l’Europe finissent le plus souvent dans le marché russe ». En dépit de nombreux obstacles qui plombent les échanges entre les deux pays, le président de l’Asmex estime que les opérateurs nationaux ont la capacité de répondre à une partie de la demande russe malgré la féroce concurrence qui s’annonce.

Objectif : tripler les exportations d’agrumes vers la Russie

En tout cas, la Haute Commission des exportations se réunit le 17 septembre prochain. « Les moyens de renforcer les échanges seront justement au centre des débats », précise le journal Les Inspirations Eco. C’est dire que la réflexion repose véritablement sur le renforcement des échanges bilatéraux et surtout la diversification des marchés pour les produits d’exportation du royaume. « Le marché russe a été inscrit en tête des destinations d’intérêt dans le cadre du plan d’action 2013-2015 de l’Asmex », note ainsi Hassan Sentissi El Idrissi.

Les expéditions marocaines vers la Fédération de Russie sont essentiellement dominées par les agrumes. Ces dernières sont suivies des ventes de farine et d’huile de poisson. Quant aux exportations russes, elles sont principalement composées d’huile brute de pétrole, suivie de la houille, du fer et du soufre brut. D’après les responsables de l’Association des exportateurs d’agrumes (Aspam), le Maroc envisage de tripler ses exportations d’agrumes vers la Russie d’ici 2018. À présent, la Russie est devenue le premier client du Maroc pour les agrumes avec 60 % du volume exporté, l’Amérique du Nord a absorbé entre 10 à 15 % et l’Union européenne 30 %. Le Maroc a réussi à expédier en 2012-2013 près de 200 000 tonnes de mandarines en Russie, en augmentation de 52 % par rapport à des campagnes précédentes. Bien que le Maroc soit le second client arabe de la Russie, après l’Égypte, il reste un partenaire commercial mineur (29e), alors que l’Union européenne est considérée comme un seul bloc. À l’inverse, la Russie est le cinquième partenaire commercial du Maroc avec des échanges commerciaux qui ont représenté environ 1,6 milliard d’euros, soit 1,7 % des échanges marocains. La Russie exporte principalement de l’orge et importe des agrumes, des pommes de terre, de la farine de poisson et des tomates. En 2013, le Maroc était le trentième fournisseur de la Russie (1 % des importations russes) et son trente-septième client (0,4 % des exportations).

Comments
To Top