Monde

Ebola : les Etats africains ferment leurs frontières un à un

ebola-les-etats-africains-ferment-leurs-frontieres-un-a-un

ebola-les-etats-africains-ferment-leurs-frontieres-un-a-unLa cascade de mesures préventives contre l’épidémie d’Ebola se poursuit en Afrique de l’ouest. Le Cameroun a ainsi fermé lundi 18 août toutes ses frontières avec le Nigeria pour prévenir la propagation de la fièvre Ebola.

« Toutes les frontières (aériennes, maritimes et terrestres) du Cameroun avec le Nigeria sont fermées. Notre logique est qu’il est préférable de prévenir plutôt que de guérir », a annoncé le ministre camerounais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

« Le gouvernement a pris cette décision en toute connaissance de cause pour protéger ses populations », a expliqué Issa Tchiroma Bakary. « La mesure sera observée pendant la période d’incubation » de la maladie, soit une quarantaine de jours.

« Si aucun nouveau cas n’est enregistré au Nigeria, nous allons rouvrir les frontières. Le gouvernement a aussi décidé de restreindre la circulation avec les (autres) pays infectés », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

« Nous avons suspendu tous les vols vers et en provenance du Nigeria », a également déclaré le ministre à la BBC en langue haoussa, jugeant cette décision du Cameroun « difficile mais nécessaire ». Aucun cas d’Ebola n’a été signalé à ce jour au Cameroun, qui partage avec le Nigeria près de 2.000 km de frontière commune.

Kenya, Sénégal, Mauritanie…

Le Cameroun n’est pas le premier pays à prendre ce genre de mesures radicales. Samedi, c’est le Kenya qui a annoncé interdire l’entrée sur son territoire, à compter de mercredi, aux voyageurs venant de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par l’épidémie.

Le 9 août, la Zambie avait pris une mesure similaire, empêchant toute entrée sur son territoire aux étrangers en provenance de pays touchés. Les voyageurs zambiens de retour au pays seront eux « scrupuleusement examinés et placés en quarantaine », précisent les autorités. Les Zambiens n’ont par ailleurs plus le droit de se rendre dans ces zones « jusqu’à nouvel ordre ».

De son côté, le Sénégal a décidé de fermer « jusqu’à nouvel ordre » ses frontières avec la Guinée. « Le ministre de l’Intérieur informe les populations qu’en raison de la fièvre Ebola qui sévit en République de Guinée et dans le cadre des mesures de prévention, les frontières des régions de Kolda (Sud) et de Kédougou (Sud-est) avec ce pays voisin sont fermées jusqu’à nouvel ordre », détaille l’agence officielle sénégalaise APS.

Même procédure pour la Guinée-Bissau : « A la lumière des informations fournies par le ministre de la Santé, après une série de concertations, le gouvernement de Guinée-Bissau décide de fermer jusqu’à nouvel ordre ses frontières sud et est avec la Guinée-Conakry », a déclaré le Premier ministre Domingos Simoes Pereira.

2.240 personnes infectées, 1.229 morts

L’épidémie d’Ebola a fait 1.229 morts, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), faisant état du décès de 84 malades supplémentaires en trois jours, une progression toujours forte malgré la mobilisation internationale.

Entre les 14 et 16 août il y a eu 113 nouveaux cas (confirmés, probables ou suspects) et 84 décès dans les pays d’Afrique de l’Ouest touchés, selon ce nouveau bilan donné par l’OMS à Genève.

Au total, depuis le début de l’épidémie en mars, l’OMS a comptabilisé 2.240 cas, dont 1.229 décès.

C’est au Liberia qu’il y a eu le plus de nouveaux décès entre les 14 et 16 août, avec 53 morts et 48 nouveaux cas. Au total, il y a 834 cas au Liberia, dont 466 morts.

En Guinée, d’où est partie l’épidémie, il y a eu 14 nouveaux décès et 24 nouveaux cas. Le bilan dans ce pays est de 543 cas, dont 394 morts. En Sierra Leone, il y a eu 17 morts et 38 nouveaux cas. Le bilan y est de 848 cas, dont 365 morts.

Au Nigeria, il y a eu trois nouveaux cas, et aucun décès en trois jours. Le pays le plus peuplé d’Afrique enregistre au total 15 cas, dont quatre morts.

Le 8 août, l’OMS a décrété une urgence de santé publique mondiale contre cette épidémie de fièvre hémorragique sans précédent, et recommandé des mesures d’exception dans les pays affectés. Le dernier bilan, le 13 août, faisait état de 2.147 cas déclarés et de 1.145 morts.

Comments
To Top