Livres

Décès du grand poète palestinien Samih Al-Qassim

samih
samihLe grand poète palestinien Samih Al-Qassim est décédé mardi soir à l’âge de 75 ans des suites d’une longue maladie.

Son état de santé s’est grandement dégradé ces derniers jours des suites d’un cancer du foie dont il souffrait depuis plusieurs années. Samih Al-Qassim est l’un des plus grands poètes arabes et palestiniens contemporains dont le nom a été associé à la poésie de la révolution et de la résistance. Il a également fondé le journal « Tous les arabes » dont il était le rédacteur en chef honoraire.

Né en 1939 dans la ville jordanienne de Zarqa, Samih Al-Qassim, considéré comme le jumeau poétique de Mahmoud Darwich, entame des études secondaires à al-Nassira, puis commence des études de philosophie et d’économie politique à Moscou, qu’il interrompt pour se consacrer à la poésie, aux activités militantes et au journalisme.

Emprisonnée à deux reprises

Le poète palestinien a vécu à Al-Jalil, il a renoncé à une carrière dans l’enseignement après la parution de son deuxième recueil (Chansons de route, 1964), amputé par la censure.

Homme de gauche, très engagé dans la défense de la cause palestinienne, il a été emprisonné à deux reprises (1961 et 1967), puis assigné à résidence à Haïfa.

Auteur de nombreux recueils

Il est l’auteur de nombreux recueils : Cortèges du soleil (1958), Chansons de route (1964), Iram (1965), Mon sang sur la paume (1967), la Chute des masques (1968), Fumée de volcans (1968), Voyage dans les caveaux déserts (1969), En attendant l’oiseau du tonnerre (1969), Coran de mort et de jasmin (1971) et Persona non grata (1986).

Samih Al-Quassim a écrit des poèmes dont plusieurs ont été rendus célèbres dans l’ensemble du monde arabe grâce au chanteur et musicien libanais Marcel Khalifa.

avec map

Comments
To Top