Politique

Maroc: Les raisons de la grève du 23 septembre

greves
grevesLes centrales syndicales qui ont lancé un appel à la grève le 23 septembre s’estiment exclus des grands dossiers sociaux. Explications:

La décision de lancer un mot d’ordre de grève préventive pour le 23 septembre dans la fonction publique, les collectivités locales et les établissements publics à caractère administratif a été dictée par nombre de considérations comme la gestion unilatérale du gouvernement des grands dossiers notamment celui des retraites sans associer les centrales syndicales, ont affirmé l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT).

« un coup au pouvoir d’achat »

L’appel de grève intervient en protestation contre la décision du gouvernement de retirer le dossier de la réforme du régime des retraites du dialogue social et de la commission nationale de la réforme du régime des retraites, et contre les décisions de l’exécutif relatives au corps enseignant concernant la suspension du départ à la retraite prévu en cours d’année, ont expliqué, lors d’une conférence de presse, mercredi à Rabat, le président du comité de gestion de l’UGTM, Mohamed Kafi Charrat et le secrétaire général de la FDT, Abdelhamid Fatihi.

Le mot d’ordre de grève intervient aussi suite à la décision du gouvernement d’introduire des mesures paramétriques sur la Caisse marocaine des retraites (CMR), qui aura pour conséquence la réduction de près de 30 pc des pensions de retraite, ont-ils dit, ajoutant que la grève a été décidée pour protester contre les mesures prises par le gouvernement et qui portent un coup au pouvoir d’achat des salariés avec les hausses répétitives des prix notamment des hydrocarbures, l’eau et l’électricité, des hausses qui « se répercutent sur les produits de base et de consommation ».

« non-respect »

Les deux responsables syndicaux, qui ont déploré le « non-respect » par le gouvernement des engagements pris par le passé notamment ceux relatifs à l’accord du 26 avril 2011, ont appelé au retour au dialogue social en vue de trouver des solutions efficaces aux problèmes de l’ensemble des salariés.

Ils ont également fait part de leur disposition à coordonner avec les autres centrales syndicales, au référentiel national démocratique, en vue d’unifier les rangs et mener ensemble la lutte pour la défense des intérêts de la classe laborieuse marocaine.

map

Comments
To Top