Politique

SM le Roi se rend aux USA pour assister aux travaux de l’Assemblée générale de l’ONU

SM-Le-Roi
SM-Le-RoiQuelque 140 Chefs d’Etat, dont le Roi Mohammed VI, et de gouvernement sont attendus à partir de ce mardi à New York pour participer aux travaux de la 69ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Le Roi Mohammed VI prononcera un discours devant cette Assemblée et aura des entretiens avec plusieurs personnalités internationales, a annoncé lundi un communiqué du ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie.

Mardi, l’Assemblée générale entamera ses travaux par un sommet sur les changements climatiques convoqué par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avec pour objectif de parvenir à un plan d’actions et à des engagements fermes des Etats, souligne-t-on à l’ONU.

« Demain, au Sommet sur le climat, nous verrons que les gouvernements, les investisseurs et les entreprises ont compris les opportunités considérables d’un avenir durable et résilient. J’ai demandé à tous les participants de s’engager à prendre des mesures de changement », a dit Ban Ki-moon dans un discours prononcé lors d’une cérémonie pour marquer le lancement de la Semaine pour le climat.

Mobilisation au niveau mondial

De nombreux chefs d’Etats et de gouvernement doivent y participer pour susciter une mobilisation au niveau mondial afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour stimuler les investissements en matière de résilience.

La progression foudroyante du virus Ebola en Afrique de l’ouest sera également parmi les sujets centraux de la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU qui prévoit une réunion ministérielle (25 septembre) en marge de l’AG.

« Ce n’est pas seulement une crise de santé publique, elle a des conséquences humanitaires, sociales et économiques graves » et pourrait même menacer la stabilité politique des pays les plus touchés, a averti le Secrétaire général de l’ONU.

Une conjoncture « très tumultueuse »

Le débat général de cette année sera « l’un des plus chargés, reflétant une conjoncture très tumultueuse », selon l’ONU, en référence notamment à l’Etat islamique (EI).

De fait, alors que les dirigeants du monde entier se préparent à converger vers New York, les Quinze Etats membres du Conseil de sécurité se penchent d’ores et déjà sur un projet de résolution sur les combattants terroristes étrangers à l’initiative des Etats-Unis qui président le CS de l’ONU pour le mois en cours.

Washington compte faire adopter ce texte à l’occasion d’une réunion au sommet du Conseil le 24 septembre qui sera présidée par Barack Obama lui-même, en marge de la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU.

Selon des experts, 12.000 étrangers de 74 pays auraient rejoint l’EI ou Al-Nosra en Syrie et en Irak, dont la majorité venus du Moyen-Orient et du Maghreb. Parmi eux figurent aussi quelque 700 Français, plus de 500 Britanniques et environ 400 Allemands et 300 Belges.

La question palestinienne au menu

Parmi les autres sujets qui retiendront l’attention des leaders mondiaux dans un contexte de « volatilité géopolitique », la question palestinienne ainsi que la situation en Libye et au Yémen.

Si « chaque crise a une dynamique propre qui nécessite qu’on adopte une approche au cas par cas », a fait remarquer le Secrétaire général, Ban Ki-moon, ces crises ont cependant des choses en commun: elles font des victimes parmi les civils. Il a regretté, à cet égard, les « profondes divisions qui apparaissent au sein de la communauté internationale » lorsqu’il s’agit d’y répondre, mais a reconnu que le consensus international allait croissant en ce qui concerne les crises sévissant en Syrie et en Irak.

Au menu de cette session sous le thème « Réaliser et mettre en œuvre un programme transformateur de développement pour l’après-2015 », des réunions ministérielle de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), du groupe des Nations unies pour l’Alliance des civilisations, ainsi qu’une rencontre des ministres des Affaires étrangères du Partenariat de Deauville.

Comments
To Top