Revue de presse

Revue de presse: Des juristes créent une ONG de défense des droits de l’Homme…

revue-presse-maroc

revue-presse-marocVoici les principaux titres développés par les quotidiens parus samedi 04 ocotbre.:

*Le Matin du Sahara et du Maghreb.: – SM le Roi Mohammed VI lance et inaugure d’importants projets sociaux à Casablanca : Un engagement soutenu pour la consolidation de la politique de proximité et le renforcement des infrastructures de base. SM le Roi Mohammed VI a procédé au lancement des travaux de construction à la préfecture des arrondissements de Ben M’Sik d’une piscine semi-olympique couverte (16,5 MDH), d’un Centre de formation en art dramatique (2,8 MDH), d’un Centre culturel et muséal des anciens résistants (1,6 MDH) et d’un Centre de traitement de la tuberculose et des maladies respiratoires (3,61 MDH) au quartier Errahma II à la Commune urbaine Dar Bouazza. Ces projets sociaux s’inscrivent dans la droite ligne des efforts du Souverain visant la consécration de la politique de proximité, la consolidation des chantiers de l’action sociale, la promotion d’un développement humain, global et durable, et le renforcement des infrastructures de base au niveau de la capitale économique du Royaume.

– SM le Roi Mohammed VI lance le projet de reconstruction de la mosquée Al Atiq à Ben M’Sik. Le Souverain a procédé, après la prière du vendredi, au lancement du projet de reconstruction de la mosquée Al Atiq à la préfecture des arrondissements de Ben M’Sik dans la région du Grand Casablanca. La construction de cette mosquée s’inscrit dans le cadre du programme national de réhabilitation des mosquées et salles de prière menaçant ruine, élaboré conformément aux Hautes Instructions royales sur la base d’une opération de contrôle et d’audit technique menée par les ministères des Habous et des affaires islamiques et de l’Intérieur. D’une capacité de près de 1.600 fidèles, cet édifice religieux sera réalisé par le ministère des Habous et des affaires islamiques dans un délai de 16 mois, avec une enveloppe budgétaire globale de 12,5 millions de DH.

– Des juristes créent une ONG de défense des droits de l’Homme. C’est une première. Une association de défense des droits de l’Homme et des libertés est présidée par un magistrat à la Cour de Cassation, docteur Mohamed Khadraoui. La nouvelle association, qui vient renforcer le champ des ONG de défense des droits de l’Homme, est baptisée « Observatoire judiciaire marocain des droits et des libertés » (OJMDL). L’un de ses objectifs est de suivre les questions des droits de l’Homme pour déterminer à quel point les règles de droit sont respectées. Des rapports annuels, des enquêtes sont promis.

– Interdiction aux enseignants de poursuivre leurs études supérieures. Rachid Benmokhtar refile la patate chaude à Lahcen Daoudi. Le ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle, Rachid Belmokhtar s’est attiré, mercredi dernier, une avalanche de critiques de la part des députés de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants. Les députés aussi bien de la majorité que de l’opposition ont interpellé le ministre sur les véritables motivations de cette interdiction. Dans sa réponse, le ministre a dégagé sa responsabilité, en affirmant que cette décision était du ressort du ministre de l’Enseignement supérieur.

*Assahra Al Maghribia.: – SM le Roi Mohammed VI lance et inaugure d’importants projets sociaux à Casablanca : Un engagement soutenu pour la consolidation de la politique de proximité et le renforcement des infrastructures de base.

– SM le Roi Mohammed VI lance le projet de reconstruction de la mosquée Al Atiq à Ben M’Sik. Le Souverain a procédé, après la prière du vendredi, au lancement du projet de reconstruction de la mosquée Al Atiq à la préfecture des arrondissements de Ben M’Sik dans la région du Grand Casablanca.

– Des diplomates et experts marocains et étrangers saluent les efforts de SM le Roi en faveur du développement des pays africains. Lors d’une journée d’étude, à Rabat, consacrée à l’évaluation des relations maroco-africaines, ces personnalités ont mis en exergue les efforts entrepris par le Maroc afin de promouvoir le développement local des pays africains. Le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, est animé par une ferme volonté de développer les relations économiques maroco-africaines à la faveur des dernières visites royales en Tunisie et au Mali.

– Le conseil municipal de Casablanca lance une campagne de sensibilisation en matière de gestion de l’hygiène à l’occasion de l’Aid Al Adha. Cette campagne a programmé l’organisation de rencontres de sensibilisation avec les citoyens dans 34 points fixes afin de les associer à l’amélioration de la qualité des prestation dans ce secteur. *Assabah.: -Les ingénieurs du parti Authenticité et modernité (PAM) dénoncent la politique du ministère de l’Equipement et du transport. Le forum d’ingénierie national du PAM critique la « vengeance systématique » du ministre en question à l’égard d’éminents ingénieurs de ce parti. Ce forum a tenu récemment une réunion d’urgente au cours de laquelle il a dénoncé les décisions vindicatives ciblant les ingénieurs et les militants du PAM.

*Al Ahdath Al Maghribia.: – Les groupes de la majorité se préparent à une session parlementaire houleuse. A moins de 15 jours de l’ouverture de la session parlementaire d’automne, les groupes de la majorité à la Chambre des représentants ont tenu récemment une réunion en application de la charte de la majorité parlementaire dans son volet relatif aux mécanismes de coordination et de concertation, et ce, dans le cadre des préparatifs pour la prochaine rentrée parlementaire.

– Régimes de retraite : chaque jour de retard dans la mise en œuvre de la réforme coûte au pays 60 MDH, a déclaré le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi. L’absence d’une opération de réforme, aura pour conséquence directe l’incapacité de débloquer les pensions selon les normes en vigueur, a expliqué le ministre.

*Al Mounâtaf:.

– Des agendas chargés et un arsenal juridique conséquent attendent la Chambre des représentants dans le cadre de la session parlementaire d’automne. De nombreuses séances consacrées aux réponses du Chef du gouvernement sont programmées au titre de cette session en raison du nombre important de textes législatifs mis sur la table dont le projet de loi de Finances de 2015, les lois électorales et celles en rapport avec la justice.

*Al Assima Post.: – Union socialiste des forces populaires (USFP) : Le premier secrétaire du parti, Driss Lachgar minimise l’importance des rumeurs véhiculées au sujet d’une scission du parti, qui, selon lui, vit une situation de totale stabilité. En revanche, un autre dirigeant de l’USFP, Abdelhadi Khayrat évoque « une explosion imminente du parti en raison d’une dislocation interne ».

* Al Bayane.: – L’exacerbation des entrepreneurs du Souss Massa Drâa : la faillite et la prison rôdent dans les parages. Ils n’en peuvent plus et sont prêts à enfourcher tous les périls pour recouvrer leurs droits bafoués. Il s’agit de deux cents entreprises de bâtiments et autres, traînant dans le même bourbier, des centaines d’ouvriers. Après avoir bâti des établissements scolaires, à travers le territoire de la région, les entrepreneurs se sont heurtés au désengagement sordide de leurs contractuels.

– Le Maroc exclu d’une licence d’un médicament contre l’hépatite « C ». Les associations médicales montent au créneau. Le récent lancement du « Sofosbuvir » par le laboratoire américain Gilead pour le traitement de l’hépatite « C » suscite plutôt l’ire du secteur marocain de la santé. Et pour cause, le Maroc figure parmi les pays qui se sont vus exclure d’une licence dudit médicament, le 15 septembre dernier, alors que le laboratoire américain annonçait la signature d’un accord de licence volontaire avec plusieurs fabricants de génériques en Inde.

*Al Khabar.: – Le ministère de l’Education nationale dévoile les résultats des rencontres consultatives sur l’école. Ce département estime que ces rencontres avaient pour but de dégager une analyse objective des causes ayant voué à l’échec le système éducatif au cours des dernières années et de percevoir les attentes de toutes les catégories ciblées. L’objectif ultime étant de présenter des propositions pratiques afin de transcender la situation actuelle de l’école marocaine.

*Rissalat Al Oumma.: – Après l’entrée en vigueur du système d’accès des prix des fruits et légumes, les professionnels du secteur agricole attendent des amendements de l’Union européenne (UE) après le premier envoi des exportations afin de trancher leur position. L’opération d’exportation révèlera l’étendue du respect par la zone euro de ses engagements consignés avec le Maroc au sujet de l’introduction d’amendements satisfaisant les professionnels marocains de secteur.

*Bayane Al Youm.: – Développement du secteur financier : La BAD octroie un prêt 100 millions d’euros au Maroc. Ce montant est destiné à soutenir la phase III du Programme d’appui au développement du secteur financier (PADESFI III) marocain. Ce programme répond aux orientations stratégiques du programme du gouvernement marocain, qui encourage l’amélioration de l’inclusion financière, de la gouvernance et de l’environnement des affaires.

*L’Opinion.: – Inauguration de projets OCP à Jorf Lasfar: Une illustration de la volonté royale de conforter le leadership marocain sur le marché des phosphates. SM le Roi Mohammed VI a procédé, jeudi au complexe industriel de Jorf Lasfar, à l’inauguration de la station terminale du slurry pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar, de la première usine d’acide phosphorique alimentée par la pulpe de phosphate et d’un Centre de compétences industrielles, réalisés pour un investissement global de plus de 5,450 milliards de dirhams (MMDH). Initiés par le groupe Office chérifien des phosphates (OCP), ces projets phares constituent une nouvelle illustration de la volonté du Souverain de soutenir les initiatives d’innovation et de développement industriel du groupe, de son écosystème et ses partenaires africains, d’accompagner sa stratégie industrielle et, ainsi, de conforter le leadership du Royaume du Maroc sur le marché mondial des phosphates.

– Conférence Em Lyon Morocco-Attijariwafa bank: L’industrialisation du pays au cœur du débat. L’association EM Lyon Morocco, a organisé en partenariat exclusif avec la Fondation Attijariwafa bank une conférence ayant pour thème « le Maroc peut-il se développer sans s’industrialiser ? » devant un parterre de 270 jeunes cadres. Lors de cette conférence, les intervenants ont été unanimes à reconnaitre que le rôle déterminant de l’industrie au moment du décollage d’une économie. C’est le seul secteur à même d’absorber une main d’oeuvre nombreuse et peu qualifiée tout en générant une croissance forte. Et c’est bien pour cela que le Maroc a opté pour une politique volontariste en mettant en place dès les années 90, la stratégie Emergence. Malgré les nombreuses critiques dont elle a fait l’objet, cette stratégie a favorisé de nouveaux métiers mondiaux générateurs d’IDE et de recettes en devises.

*Libération.: – L’USFP met en garde contre l’approche unilatérale du gouvernement concernant les lois électorales. Intervenant lors de la réunion hebdomadaire du bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires, tenue jeudi, Le premier secrétaire, Driss Lachgar, a fait part dans son intervention de la problématique de l’approche unilatérale adoptée par le gouvernement visant des lois de grande importance, comme celle relative aux prochaines échéances et ce, sans recourir au dialogue avec les partis politiques.

– Les mokaddems casablancais privés d’une partie de leurs primes RGPH. Mauvaise surprise pour les mokaddems casablancais. Ils n’ont eu droit qu’à 1.000 DH au lieu de 2.000 promis avant le lancement de l’opération de recensement général de la population et de l’habitat. Certains d’entre eux ont même reçu moins, voire rien du tout. Une déception que les mokaddems casablancais ont eu du mal à digérer puisqu’ils estiment être les seuls au Maroc à avoir été traités de la sorte. « Plusieurs collègues d’autres villes nous ont confirmé que ceux d’entre eux qui officiaient en milieu urbain ont perçu 2.000 DH contre 2.200 pour ceux qui le faisaient en milieu rural », a déclaré un mokaddem avant de poursuivre : « On n’arrive pas à comprendre pourquoi on a été injustement indemnisés alors que notre rôle a été crucial dans la réussite de l’opération de recensement ».

Comments
To Top