Politique

Les Marocaines appellent les politiques à accélérer la cadence

marocaines
marocainesA la veille de l’ouverture de la session d’automne du Parlement, des Marocaines appellent le gouvernement et le parlement à accélérer la cadence pour l’adoption de lois très attendues

L’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) a appelé, mercredi, à la veille de l’ouverture de la session d’automne du Parlement, à la mise en œuvre de la Constitution et à la satisfaction des revendications des femmes, qu’elles soient à caractère social, civil, économique, politique ou législatif.

Prévu le 10 octobre prochain, cet évènement coïncide cette année avec la journée nationale de la femme marocaine, une date clé qui rappelle une histoire du Maroc ou le changement du Code de la Famille a été prononcé devant le Parlement, suite à la revendication du mouvement féministe, souligne ADFM dans un communiqué parvenu à la MAP.

L’Association appelle, à cette occasion, le gouvernement à la mise en œuvre des principes constitutionnels d’égalité, de liberté et de parité dans l’ensemble des législations et des politiques publiques garantissant la promotion, la prévention et la protection des femmes contre toute forme de discrimination et de violence.

Lois très attendues

Elle exprime également ses attentes relatives au projet de loi des finances 2015, à la réforme des retraites et de la caisse de compensation, ainsi qu’à d’autres réformes structurantes comme le projet de loi organique des finances (LOF), qui devront, pour répondre aux attentes de la population, tenir compte de l’approche genre et des problématiques économiques et sociales telles qu’elles sont vécues par les femmes.

L’ADFM appelle, ainsi, le gouvernement et le parlement à accélérer la cadence pour l’adoption de lois très attendues, notamment la loi relative à la mise en place de l’autorité pour la parité et la lutte contre toute forme de discrimination à l’égard des femmes (APALD), la loi pour la lutte contre la violence fondée sur le genre, la loi interdisant le travail domestique des mineures et, enfin, l’arsenal juridique relatif à la mise en place de la régionalisation démocratique qui devra intégrer les préoccupations relatives à l’égalité et la parité en amont de la préparation des projets de loi.

Il s’agit aussi, selon l’Association, d’intégrer des amendements à la loi organique 59-11, en tenant compte de la parité comme principe fondamental de la constitution et de mettre en œuvre une approche participative avec la société civile en la matière, et ce en conformité avec l’esprit et la lettre de la nouvelle Constitution.

map

Comments
To Top