Revue de presse

Revue de presse: Emploi, L’échec des programmes d’insertion

revue-presse-maroc
revue-presse-marocéchec des programmes d’insertion, formation de Boulif, mémorandum des partis de l’opposition … Voici les principaux titres développés par les quotidiens parus ce jeudi 09 octobre 2014:

*L’Economiste:

– Emploi: L’échec des programmes d’insertion. Le chômage des jeunes est une véritable plaie. Les différentes initiatives lancées pour favoriser leur intégration dans le marché du travail n’ont pas produit l’effet escompté. C’est le cas notamment des programmes Idmaj et Moukawalati. Ces initiatives ont été critiquées notamment par les députés, qui n’ont pas hésité à appeler à leur suppression. Même le ministère de l’Emploi a fini par reconnaître leurs faiblesses.

– La TPE monte en grade. Douze ans après sa promulgation, la loi 53-00 formant charte de la PME est dépassée et sa refonte s’avère urgente. Une nouvelle taille d’entreprise a émergé et ne cesse de prendre de plus en plus d’importance dans le tissu économique: la TPE (très petite entreprise). Celle-ci y prédomine à présent à hauteur de 80 pc mais se trouve exclue des avantages accordés à la PME. Pour l’intégrer, un projet de loi est en phase d’être mis dans le circuit d’adoption.

– L’Industrie renforce les normes de sécurité. Pour assurer une plus grande protection des consommateurs et surtout limiter le flux massif des importations (le double des exportations), le ministère de l’Industrie vient de renforcer l’arsenal juridique lié à la sécurité des produits et services. Etiquetage, contrôle de conformité, traçabilité…vont désormais toucher même les produits non alimentaires. Toujours faut-il que les outils de contrôle soient efficaces.

*Aujourd’hui le Maroc:

– 40 pc des chauffeurs boudent la formation de Boulif. La formation continue a du mal à séduire les chauffeurs professionnels. Le constat est fait par le ministre de tutelle « himself ». Mohamed Najib Boulif, ministre délégué en charge du Transport, affirme que 40 pc des professionnels de la route inscrits pour la formation continue se sont désistés à la dernière minute. Le ministère explique le désistement des candidats par la non généralisation des centres à tout le territoire national mais également l’interdiction de certaines entreprises aux chauffeurs de quitter leurs postes.

– 3ème phase du programme d’appui au développement du secteur financier national: 2015, une date butoir. Décembre 2015 connaîtra l’achèvement de plusieurs mesures retenues dans le cadre de la troisième phase du Programme d’appui au développement du secteur financier marocain (PADESFI III). Des enjeux de taille seront relevés dans ce sens visant davantage l’amélioration de l’inclusion financière, l’approfondissement du marché des capitaux et du renforcement de la gouvernance du secteur.

*L’Opinion.:

– Parlement/ouverture de la session d’octobre: Eriger l’opposition en partenaire législatif et éviter la tyrannie de la majorité. Une nouvelle session parlementaire s’ouvre demain vendredi conformément aux dispositions de l’article 68 de la Constitution. Avec une rentrée sociale qui s’annonce chaude, avec une escalade syndicale et les attentes croissantes des citoyens augurant une lutte acharnée entre opposition et majorité, l’hémicycle marocain semble appelé à vivre une session hivernale des plus chaudes.

– « Le gouvernement a montré ses limites à mettre réellement en œuvre la vision touristique 2020 » (représentant du PI aux Assises du tourisme). Le secteur du tourisme ne va pas décoller si on continue à le gérer dans le désordre, a souligné, dans un entretien accordé au journal, le représentant du Parti de l’Istiqlal aux Assises du tourisme, Abdelali Tazi. La vision 2020 est venue bien avant ce gouvernement, c’est une vision clé en main sur le registre stratégique, a-t-il dit. Selon lui, « ce gouvernement n’a pas pu consolider les acquis et il est incapable d’apporter de nouvelles valeurs ajoutées, il demeure dispersé pour pouvoir asseoir les fondements de la vision basés sur nos diversités culturelles, notre nouveau positionnement, sur le tourisme balnéaire, l’aménagement territorial et le développement durable ».

*Libération.:

– Mémorandum des partis de l’opposition au sujet du projet de loi organique sur les collectivités locales. Les partis de l’opposition considèrent que l’offre gouvernementale contenue dans la première mouture du projet de loi organique sur les collectivités constitue, par excellence, un sérieux recul démocratique et une négligence des expériences réussies de la démocratie locale que notre pays a connues notamment depuis 2003. Pour cette raison, ils annoncent leur refus de ce projet dans sa version actuelle et appellent le gouvernement à le reformuler pour mettre en œuvre de manière effective la démocratie des collectivités territoriales notamment à la lumière des propositions des élus et des acteurs de la société civile.

– Les abolitionnistes marocains interpellent Benkirane. Le combat pour l’abolition de la peine de mort pèse de plus en plus lourd au Maroc. Après la Coalition marocaine contre la peine de mort et le Réseau des parlementaires contre la peine de mort au Maroc, celui des avocats contre la peine de mort est venu s’adjoindre à la liste des abolitionnistes. Aux 220 députés et conseillers se sont ajoutés les hommes et les femmes à la robe noire dont le réseau compte déjà des sections à travers six barreaux du Maroc. Les trois partenaires, résolument impliqués dans le droit à la vie, font désormais front commun pour que la peine capitale soit abolie en terre marocaine.

– Les vaticinations de l’Intérieur à propos du RAMED. Le ministère de l’Intérieur lance le sprint final pour la généralisation du Régime d’assistance médicale (RAMED). Il compte boucler ce dossier avant mars prochain, date du troisième anniversaire de ce dispositif. Une note circulaire a été adressée dans ce sens à l’ensemble des responsables des services du RAMED dans les préfectures et wilayas du Royaume pour leur demander de dresser un bilan détaillé des objectifs atteints, des moyens mobilisés et des problèmes rencontrés. Selon le département de Mohamed Hassad, le programme RAMED a atteint 90 pc de ses objectifs et il a même dépassé les 100 pc dans certaines villes comme Marrakech avec 103 pc. Pourtant, plusieurs observateurs ne partagent pas l’enthousiasme du gouvernement. Ils estiment que l’Exécutif va déclencher le sprint final sans avoir pris en considération les nombreux écueils qui handicapent l’évolution de ce dispositif et plombent sa gestion, tels que l’insuffisance de l’offre relative aux soins, la limitation des dépenses médicales, le manque de coordination entre les administrations ou l’ambiguïté des critères d’éligibilité.

*Assabah.:

– A la veille de l’ouverture de la session d’octobre du parlement, la majorité n’arrive toujours pas à accorder ses violons sur les points prioritaires à inscrire à l’agenda de cette session. Le coordinateur de la majorité à la Chambre des représentants, Rachid Roukbane, livre une course contre la montre pour parachever cet agenda. Le ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, Lahbib Choubani, appelle pour sa part à « davantage de responsabilité » dans les relations entre les appareils exécutif et législatif. – Le secteur agricole s’adjuge la part du lion de la subvention au gaz butane, selon le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance Mohamed El Ouafa. « Malgré la hausse des dépenses relatives à la subvention au gaz butane, aucune augmentation du prix de cette substance n’est envisagée », a-t-il assuré dans une déclaration au journal.

– USFP: Le courant de Zaidi prépare une deuxième réunion nationale de ses partisans. Le courant démocratie et ouverture, conduit par Ahmed Zaidi, prévoit d’inviter quelque 500 cadres du parti à une réunion nationale, la deuxième en l’espace d’une année, afin de « faire les choix qui s’imposent et de trancher sur les questions d’avenir ». Le secrétariat de ce courant a affirmé qu’aucune décision ou engagement n’ont été pris concernant l’éventualité de rallier l’Union nationale des forces populaires (UNFP).

*Bayan Al Yaoum.:

– La transformation industrielle, une opportunité en or pour le développement du secteur bancaire en Afrique. La transformation industrielle en Afrique constitue un facteur de développement pour les banques, a souligné Mohamed El Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank. Ce processus de transformation requiert le développement d’infrastructures de qualité dont le financement constitue un gisement d’opportunités pour le secteur bancaire, a-t-il mis en avant lors du 14ème forum économique international sur l’Afrique organisé à Paris par l’Organisation de la coopération et du développement économiques (OCDE).

*Al Alam.:

– Un mémorandum commun des partis de l’opposition au sujet du projet de loi organique sur les collectivités locales dénote la « déception » de ces partis « au vu du caractère nul et purement formel des négociations politiques avec les partis politiques, prétendues par le gouvernement ». Ces partis considèrent que la première mouture de ce projet de loi constitue, par excellence, un sérieux recul démocratique et une négligence des expériences réussies de la démocratie locale que notre pays a connues notamment depuis 2003.

Comments
To Top