Societe

Drame de Bourgogne: demandes de liberté provisoire rejetées

casa___effondrement
casa___effondrementLe tribunal d’Aïn Sebaa a rejeté, mercredi, la demande de remise en liberté provisoire de certains accusés poursuivis dans le procès de l’effondrement de Bourgogne.

La justice avait reporté, vendredi dernier, au 03 novembre prochain le procès du « drame de Bourgogne », quartier de Casablanca où 23 personnes sont mortes dans l’effondrement d’immeubles le 11 juillet. Il s’agissait de permettre la convocation de certains accusés, poursuivis en état de liberté provisoire.

Dix personnes sont poursuivies dans le procès de cette catastrophe, l’une des pires du genre dans le royaume. Les chefs d’inculpation vont d' »homicide involontaire » à « non respect des lois en vigueur sur la construction », en passant par « corruption » et « falsification de documents administratifs ».

Un moqaddem, des techniciens, un ingénieur…

Parmi les dix personnes poursuivies figurent un moqaddem, des techniciens municipaux, un ingénieur d’Etat, une employée d’un bureau de délivrance des permis de construire, ainsi que les deux fils du propriétaire d’un logement en travaux au moment du drame, lui-même décédé dans l’effondrement.

Des travaux menés au rez-de-chaussée d’un des édifices ont été mis en cause, ainsi que la construction clandestine de plusieurs étages supplémentaires. Selon diverses études, plusieurs milliers de logements insalubres menacent de s’effondrer à Casablanca.

Comments
To Top