Politique

El Khalfi: Le gouvernement juge « non justifiée » et « incompréhensible » la grève du 29 octobre

khalfi-point-de-presse

khalfi-point-de-presseLe gouvernement juge « non justifiée » et « incompréhensible » la grève à laquelle ont appelé plusieurs syndicats pour protester notamment contre la réforme du régime de retraite, a indiqué, mardi, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi.

« Le gouvernement estime que la grève à laquelle ont appelé plusieurs syndicats, pour protester notamment contre la réforme du régime de retraite, est non justifiée et incompréhensible », a précisé le ministre dans un communiqué parvenu à la MAP.

Il a ajouté, dans ce contexte, que la version finale du projet de réforme du régime des retraites n’a pas encore été arrêtée.

Le ministre a souligné que ce projet fait toujours l’objet d’études et que le gouvernement entend poursuivre le dialogue sur sa version finale une fois que le Conseil économique, social et environnemental (CESEE) a émis son avis consultatif à ce sujet.

Dans ce cadre, M. El Khalfi a affirmé que la non réforme du régime des retraites devrait conduire à une cessation des paiements des pensions civiles à l’horizon de 2021 ou à une augmentation importante des cotisations des retraites d’ici 2018.

Et de souligner « l’urgence » d’une mise en oeuvre, sans délai, du projet de réforme de ce régime qui permettra, selon lui, de préserver les acquis des retraités. Il a rappelé que le gouvernement avait adopté une approche participative dans l’élaboration du projet de la réforme, en convoquant deux réunions de la commission nationale en charge de cette réforme en janvier 2013 et en juin 2014, avant de soumettre le projet initial au CESEE.

Revenant sur le dialogue social, le ministre a fait savoir que le gouvernement a tenu pas moins de sept rencontres avec les syndicats et réitéré son engagement à poursuivre la mise en œuvre des dispositions de l’accord du 26 avril 2011 et des nouvelles mesures prises dans ce sens.

Parmi ces mesures, a-t-il ajouté, figurent l’augmentation du SMIG dans les secteurs public et privé au profit de 53.000 fonctionnaires (160 MDH) et des pensions pour 92.500 bénéficiaires, la création d’un fonds de compensation pour la perte d’emploi (500 MDH) et l’annulation de l’obligation de  »la condition 3240 jours » pour pouvoir profiter de la retraite, ainsi que la mobilisation des ressources financières nécessaires pour l’augmentation des salaires et les avancements, avec une enveloppe de plus de 20 milliards de DH dès le début de 2014. M. El Khalfi a également indiqué que le gouvernement qui veille au respect du droit de grève en tant que droit constitutionnel garanti par les lois en vigueur, est déterminé à assumer ses responsabilités en ne tolérant aucune entrave à la liberté du travail et au bon fonctionnement des établissements publics.

map

Comments
To Top