Politique

Maroc: les jihadistes arrêtés projetaient des assauts contre des banques et des multinationales en France et au Maroc

POLICE_MAROC

POLICE_MAROCL’enquête dans l’affaire du ressortissant français et son acolyte franco-marocain, arrêtés le 27 courant, alors qu’ils s’affairaient pour rallier les rangs de l’entité terroriste dite « l’état islamique » dans la zone syro-irakienne, a permis de dégager qu’ils instrumentalisaient leur activisme propagandiste sur le net et mis en évidence les desseins malveillants des mis en cause qui projetaient des assauts contre des banques et des multinationales en France et au Maroc, indique jeudi un communiqué du ministère de l’Intérieur.

La poursuite de l’enquête dans l’affaire du ressortissant français (B.F.) et son acolyte franco-marocain (A.A.), arrêtés le 27 octobre courant, alors qu’ils s’affairaient pour rallier les rangs de l’entité terroriste dite « l’état islamique » dans la zone syro-irakienne, a permis de dégager qu’ils instrumentalisaient leur activisme propagandiste sur le net, sur fond de mise en ligne de séquences reproduisant les opérations de décapitation des otages par les combattants de cette phalange terroriste, à dessein d’attiser la fibre « jihadi » des jeunes imbus du credo extrémiste pour s’investir dans des actes terroristes individuels au Maroc et en France, en s’inspirant de « l’exploit » du terroriste franco-algérien Mohamed Merah, précise la même source. 

L’enquête a permis, également, de mettre en évidence les desseins malveillants des mis en cause qui projetaient des assauts contre des agences bancaires et des multinationales en France et au Maroc, en vertu d’une fatwa émise par l’un des opérationnels d' »Al Qaida » au Yémen, et ce, dans le but de financer leurs équipées « jihadi » de concert avec des « jihadistes » évoluant dans la zone syro-irakienne, ajoute le communiqué. 

Dans ce cadre, le franco-marocain (A.A.) a contracté auprès d’agences bancaires au Royaume et en France, dont le « Crédit Lyonnais », plusieurs emprunts sur fond de pièces justificatives contrefaites, en vertu du principe d' »al istihlal », poursuit la même source. 

Concernant l’Algérien (A.B.), neutralisé à la même date à Fès, pour avoir projeté de rejoindre son épouse marocaine et ses beaux-parents à la zone syro-irakienne, l’enquête a établi qu’il coordonnait son départ avec des combattants de « l’état islamique », lesquels le dotaient de séquences vidéo de soldats syriens et d’otages décapités de manière sordide. 

De même, les mis en cause ont été trouvés en possession d’une multitude de supports informatiques renfermant une documentation abondante puisée du net, ainsi que des enregistrements audio-visuels incitant au « jihad », apostasiant la société et légitimant l’appropriation des biens de l’Etat et des citoyens, en vertu du principe d' »al istihlal », note la même source. 

Les islamistes en question ont été interpelés à Kenitra et Fès, par la brigade nationale de la police judiciaire, sur la base de renseignements fiables fournis par la Direction Générale de la Surveillance du Territoire, rappelle le communiqué. 

Les mis en cause seront présentés devant la justice au terme de l’enquête diligentée sous la supervision du parquet général compétent. 

Comments
To Top