Revue de presse

Revue de presse: 64.000 chômeurs de plus en un an…

revue-presse-maroc
revue-presse-marocVoici les principaux titres développés par les quotidiens parus vendredi 07 novembre:

*Aujourd’hui le Maroc.:

– 64.000 chômeurs de plus en un an. Selon les statistiques du Haut-Commissariat au plan, le taux de chômage a bondi de 0,5 point au troisième trimestre 2014 pour s’établir à 9,6 pc contre 9,1 pc une année auparavant. Celui-ci est passé de 14 à 14,5 pc en milieu urbain et de 3,7 pc à 4 pc en milieu rural. La population active au chômage a connu une hausse de 6 pc au niveau national, passant de 1.076.000 au troisième trimestre de l’année 2013 à 1.140.000 chômeurs au même trimestre de 2014. Les jeunes et les diplômés figurent parmi les catégories les plus touchées. Le HCP relève que le taux de chômage a atteint les 20 pc parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur, avec 24,6 pc pour les lauréats de la faculté.

– Violences dans les universités. Les groupes parlementaires de la majorité viennent d’élaborer une proposition de loi relative à la lutte contre la violence dans les universités et les établissements scolaires. Les peines prévues par ce texte vont de 2 mois pour des slogans incitant à la haine à 5 ans de prison en cas d’homicide involontaire, avec des amendes allant de 2.000 à 50.000 dirhams.

*L’Economiste.:

– Maroc-UE: Le plan de Bruxelles de soutien aux réformes. Malgré la crise, l’Union européenne continue de soutenir financièrement le Maroc. Le protocole d’accord relatif au nouveau cadre de coopération entre l’Europe et le Maroc, baptisé « cadre unique d’appui » pour la période 2014-2017, a été signé mercredi à Rabat, pour un budget indicatif de 8 à 10 milliards de dirhams. Il prévoit le financement de trois secteurs prioritaires. Ces derniers ont été identifiés en tenant compte des objectifs de la coopération de l’UE et des priorités stratégiques du Maroc.

– L’agriculture plombe l’emploi. Jusqu’ici, c’est un revers pour le gouvernement. Le chômage touche 1,14 million de personnes soit 9,6 pc de la population active à fin septembre. Au total, 64.000 demandeurs d’emplois supplémentaires ont été enregistrés sur un an. Les chiffres du chômage vont peser dans les discussions sur la loi de finances. Les difficultés dans l’agriculture ont pesé sur la situation du marché du travail. Le taux de chômage en milieu rural a augmenté pratiquement dans la même proportion qu’en ville à 4,1 pc. L’agriculture et la pêche sont à l’origine de la perte de 75.000 emplois contre une création de 156.000 postes une année plus tôt.

*L’Opinion.:

– Projet de loi relatif à la lutte contre la violence faite aux femmes: Retard de promulgation « injustifié ». La coalition du « Printemps de la dignité » a souligné, mercredi à Rabat, que le retard dans la promulgation du projet de loi relatif à la lutte contre la violence faite aux femmes est « injustifié », appelant à revoir le projet de loi 103-13 et à assurer les conditions de son harmonisation en termes d’approche et de dispositions. *Libération.:

– Le nombre des chômeurs va crescendo: Un autre exploit à l’actif de Benkirane. Pour une mauvaise nouvelle, c’en est bien une. Entre hausse du taux de chômage et recul de celui de l’emploi, la dernière note du Haut-commissariat au plan (HCP), a décidément apporté son lot de malheurs. En effet, cette dernière, qui dévoile la situation du marché du travail au troisième trimestre de l’année 2014, est tombée tel un couperet sur la tête des Marocains. Ainsi, avec un taux d’emploi qui a atteint 43,6 pc contre 44 pc à la même période de 2013 doublé d’un taux de chômage s’établissant à 9,6 pc après 9,1 pc une année auparavant, soit respectivement un recul de 0,4 pc et une hausse de 0,5 point, le gouvernement Benkirane n’a vraiment pas de quoi pavoiser.

– La Chine et le Maroc s’engagent à élargir la coopération bilatérale. La Chine cherche à élargir la coopération pratique avec le Maroc dans divers domaines pour promouvoir les relations sino-marocaines, a indiqué mardi le président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPCC), Yu Zhengsheng, en visite au Maroc.

*Attajdid.:

 Le Maroc a enregistré une croissance économique annuelle moyenne de 6 pc malgré les effets de la récession mondiale et de la crise européenne, indique un rapport préparé par Oxford Business Group sur l’économie du Maroc au cours de la dernière décennie.

– La commission de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la politique de la ville à la Chambre des représentants a rejeté mercredi la proposition de loi visant à créer une commission nationale de surveillance des élections. Ladite commission a toutefois approuvé le projet de loi relatif à la révision des listes électorales.

– l’Institut national de recherche halieutique (INRH) recommande au ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime de prolonger la période du repos biologique des poulpes jusqu’au début décembre prochain. Cette mesure vise à protéger le stock parental et lutter contre toute forme de pêche illicite.

– Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, a indiqué que le nombre d’enseignants chercheurs diminuerait de 14 pc en 2020. Deux arguments étayent cette affirmation: les professeurs qui seront mis à la retraite ne seront pas remplacés et les 500 postes budgétaires créés annuellement ne seront pas augmentés, a expliqué le ministre devant les députés lors d’une réunion de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication.

*Assabah.:

– Le gouvernement met en place la carte sanitaire. Le conseil de gouvernement a adopté mercredi un projet de décret relatif à l’organisation de l’offre de soins, à la carte sanitaire et aux schémas régionaux de l’offre de soins. Ce texte est de nature à réduire les inégalités au niveau de l’offre de soins sur le territoire national, a expliqué le ministre de la Santé Houcine El Ouardi.

– « Nous allons combattre l’évasion fiscale », a déclaré le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, dans un entretien au journal. Pour maîtriser la masse salariale, le ministre a souligné l’impératif d' »adopter une gestion rationnelle des postes budgétaires créés ».

*Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

– Les secteurs qui recruteront en 2015. Le ministre de l’Emploi et des affaires sociales, Abdessalam Seddiki, a indiqué, lors de son passage devant la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, qu’environ 103 mille postes d’emploi seront créés lors des deux prochaines années. Ces emplois seront concentrés principalement dans les nouveaux secteurs tels que l’offshoring, les technologies d’information et de communication, l’industrie automobile et aéronautique et le secteur du tourisme et de l’hôtellerie.

– Le gouvernement barre la route aux augmentations prévues dans les prix du pain, du lait et du transport. Le gouvernement a approuvé, mercredi, un décret portant application de la loi relative à la liberté des prix et de la concurrence, qui interdit toute hausse inopinée des prix des produits réglementés. Une liste des produits dont les prix sont réglementés sera publiée directement après la publication du nouveau décret au bulletin officiel, a indiqué le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed El Ouafa.

*Al Alam.:

– Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, recadre les députés du parti de la lampe, Abdellah Bouanou et Abdelaziz Aftati, dans l’affaire de l’annexion de 500 hectares à la commune de Fès. Les deux parlementaires avaient allégué que c’était le ministère de l’Intérieur qui avait procédé à cette annexion. Le chef du gouvernement a signé le décret d’annexion qui a été publié dans le bulletin officiel du 30 octobre dernier, mettant ainsi fin à cette affaire.

– Le gouvernement met de l’huile sur le feu et procède à des retenues sur les salaires des grévistes. La bataille du 29 octobre ne semble pas terminée étant donné que les centrales syndicales brandissent à nouveau l’arme de l’escalade en réponse à « la sourde oreille » du gouvernement qui s’obstine à ignorer leurs revendications, dont notamment la reprise du dialogue sociale.

*Al Massae.:

– Les populations séquestrées dans les camps de Tindouf dénoncent le mutisme des organisations internationales face à l’utilisation par le polisario de balles réelles contre des manifestants. Le mouvement de protestation qui secoue les camps de Tindouf depuis une semaine a regagné la zone où siège « la direction du front ». Des militants sahraouis ont dénoncé le mutisme d’ONG internationales telles que Human Rights Watch et Amnesty International, face aux violences perpétrées par les éléments du polisario qui ont tiré à balles réelles sur des manifestants, blessant plusieurs d’entre eux.

– Les partis de l’opposition ont protesté, mercredi, contre l’absence du gouvernement lors de la discussion, à la Chambre des représentants, d’une proposition de loi relative à la création d’une instance nationale chargée de la surveillance des élections, présentée par les groupes istiqlalien et socialiste. Noureddine Mediane, président du groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme, et Milouda Hazib, présidente du groupe du Parti authenticité et modernité (PAM), ont considéré que cette absence constitue une sorte de déni du rôle de l’opposition tel que stipulé par la Constitution et de ses prérogatives en matière de législation.

– La majorité de Benkirane menace les étudiants qui prennent part à des actes de violence de peines d’emprisonnement qui peuvent aller jusqu’à 5 ans. Une proposition de loi présentée par la majorité suggère de sanctionner les étudiants qui incitent ou participent à des actes de violence ou à des manifestations dans les universités, les cités universitaires ou les établissements d’enseignement, par des peines sévères pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison.

Comments
To Top