Politique

Benkirane défend la réforme du système de compensation

benkirane-chambre-des-representants-M
benkirane-chambre-des-representants-MLe gouvernement continuera la réforme du système de compensation, de manière à réduire les disparités sociales et à consolider la cohésion sociale, a affirmé mardi Abdelilah Benkirane.

Le chef du gouvernement,, qui répondait à une question à la Chambre des représentants lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale, a indiqué que cette réforme devra réduire les disparités sociales, consolider la cohésion sociale, booster la compétitivité de l’économie nationale et encourager l’investissement productif.

La réforme du système de compensation a pour objectif de soutenir « les vrais cibles, à savoir les familles précaires et démunies, et de maîtriser les grands équilibres des finances publiques et de l’économie nationale afin de l’immuniser contre les crises et les fluctuations du marché international (…) et de créer les richesses et les postes d’emploi », a-t-il dit lors de cette séance marquée par la lecture de la Fatiha à la mémoire du député de l’Union socialiste des forces populaires, Ahmed Zaidi qui s’est éteint dimanche à Bouznika.

Benkirane: La réforme n’a pas été entamée au moment opportun

En dépit du consensus sur la nécessité de la réforme, elle n’a pas été entamée au moment opportun, a-t-il déploré, précisant que le système ne coûtait, à cette époque, que quelques milliards par an et le niveau de déficit budgétaire, voire même de l’excédent le permettait, et que les prix des carburants étaient bas sur le marché international.

A l’instar d’autres dossiers épineux d’actualité, le retard dans l’exécution de la réforme a engendré un coût très élevé pour l’économie nationale et particulièrement pour les finances publiques, a-t-il ajouté en réponse à cette question sur « la réforme du système de compensation et l’amélioration du pouvoir d’achat chez les catégories sociales les plus démunies ».

Le chef de gouvernement a rappelé que le gouvernement a veillé, depuis 2012, à ne pas porter atteinte au pouvoir d’achat du citoyen marocain et a pris des mesures pragmatiques visant à améliorer le revenu des ménages démunis et leur vécu.

Dans ce cadre, il a précisé qu’au titre de 2015, une enveloppe de plus 7,5 milliards de dirhams (MMDH) a été allouée aux opérations de promotion de grade et d’échelon des fonctionnaires, dont 4 MMDH pour le règlement des arriérés des années précédentes, ajoutant qu’il a été procédé à une augmentation de 10 % du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) (5 % à partir du 1er juillet 2014 et 5 % à partir du 1er juillet 2015).

Il a également rappelé l’augmentation du salaire minimum dans la fonction publique à 3.000 DH nets et le relèvement à 1.000 DH de la pension minimale des retraités des établissements publics, des collectivités locales et des journaliers.

Le gouvernement continue la compensation du gaz

Concernant la subvention des matières premières, Abdelilah Benkirane a indiqué que l’Etat continue à prendre en charge la totalité de la subvention destinée au gaz butane, soit 207 % du prix de vente d’une bonbonne de gaz de 12 kg (83 DH), ajoutant que cet effort a coûté 13,7 MMDH en 2013.

Le gouvernement subventionne également la farine du blé tendre (2 MMDH par an) et le blé tendre importé (400 millions de dirhams en 2014), a-t-il poursuivi.

Pour ce qui est de la consolidation de la cohésion sociale, il a cité notamment la création du Fond de cohésion sociale, la dynamisation du Fond de solidarité familiale avec une enveloppe budgétaire de 160 MDH et la généralisation du système d’assistance médicale au profit de 7,28 millions bénéficiaires, soit 2,69 millions familles à fin août 2014.

Il a aussi évoqué la hausse du nombre des bénéficiaires du programme « Tayssir » et de l’initiative « 1 million de cartables » et l’amélioration de l’accès de la population aux médicaments, à travers l’augmentation des crédits ouverts pour l’achat des médicaments et des produits pharmaceutiques, qui sont passés de 675 MDH en 2011 à 1,6 MMDH en 2012 et à 2,4 MMDH en 2013, outre la réduction du prix de 320 médicaments en 2013 et de 1.250 médicaments en 2014.

Opposition: La réforme affecte le pouvoir d’achat des citoyens démunis

Réagissant à la réponse du chef du gouvernement, les groupes de l’opposition ont estimé que les efforts déployés par le gouvernement ne constituent pas une réforme, mais plutôt une « mesure technique qui affecté le pouvoir d’achat des citoyens démunis », en raison des hausses des prix entrainés par le système d’indexation, indiquant que ces mesures se sont avérées limitées.

Ces groupes ont également critiqué « l’échec » du gouvernement dans sa lutte contre l’économie de rente, s’interrogeant sur les mesures que le gouvernement compte prendre en matière de lutte contre le chômage, la dégradation du pouvoir d’achat et les hausses des factures d’électricité.

Ils ont appelé l’Exécutif à faire de la réforme de compensation un « projet sociétal qui ne doit pas subir une césarienne de nature à porter atteinte à la paix sociale » et à réagir avec sérieux aux revendications qui ont motivé la grève générale du 29 octobre dernier.

Pour leur part, les groupes de la majorité ont salué ces mesures qui ont permis de réduire les dépenses de la compensation et d’économiser des montants importants mobilisés dans la promotion de la situation des familles pauvres.

Ils ont appelé, dans ce sens, à accompagner cette réforme par une autre à caractère fiscal qui s’inspire des dernières assises nationales sur la fiscalité.

avec map

Comments
To Top