Economie

PLF 2015: réaliste pour la majorité, simples slogans pour l’opposition

parlement
parlementSi le projet de loi de finance 2015 et présenté comme « réaliste dans ses objectifs » par la majorité, l’opposition dénonce un texte « ne répondant pas aux attentes des citoyens ».

Les groupes de la majorité à la Chambre des Représentants ont affirmé, samedi lors de la discussion de la première partie du projet de loi de finance 2015, que ce dernier est « réaliste dans ses objectifs » au moment où ceux de l’opposition ont estimé que ce projet « ne répond pas aux attentes des citoyens ».

Dans son intervention, le groupe Haraki a souligné le caractère « ambitieux » et « réaliste » du projet de loi de finance 2015, en dépit d’une conjoncture internationale « fragile » en particulier dans la zone euro, principale partenaire économique du Royaume, et la situation difficile dans certaines régions du monde arabe.

Le PLF 2015 allie entre la réduction des dépenses, l’appui à l’investissement et la baisse du déficit prévu à 4,5 pc lors de l’année en cours pour le ramener à 4,3 pc en 2015, a souligné le groupe parlementaire, appelant dans ce sens à une réforme globale de la fiscalité pour l’adapter au contexte économique et social. Pour sa part, le Groupe du progrès démocratique a estimé que le PLF2015 a été élaboré dans une conjoncture difficile marquée par de fortes contraintes, ajoutant que ce projet consacre les efforts visant à prémunir l’économie nationale contre toute dérive et réaliser davantage de transparence et de clarté dans la gestion des finances publiques.

PLF2015 comporte des indicateurs positifs, y compris des avancées en matière de réduction du déficit et une hausse des recettes du tourisme, a-t-il précisé.

Les parlementaires ont également relevé que ce projet de loi, qui intervient dans le cadre d’un débat politique marqué par les préparatifs aux prochaines échéances électorales est basé sur des prévisions de croissance « réalistes et objectives », telles qu’un taux de croissance de 4,4 pc au cours de l’année 2015 et la création de 22.000 postes d’emploi.

Simples slogans

Par ailleurs, le groupe Authenticité et modernité (opposition) a indiqué que le PLF2015 témoigne de la légèreté avec laquelle le gouvernement traite les dossiers sociaux et économiques et le non-respect des engagements énoncés dans son programme sur la base duquel il a obtenu la confiance du parlement, en soulignant que ce projet de loi bien qu’il intervienne dans un contexte économique difficile, se devait de « tirer profit de la situation nationale marquée par la stabilité politique et sociale ».

Le projet de loi de finances est incapable de remédier aux dysfonctionnements économiques et sociaux de même qu’il comporte des mesures palliatives consacrant son caractère non participatif, comme le recours à des prêts internationaux pour remédier à la baisse des réserves de devises du pays, l’emprunt pour la consommation au lieu de les consacrer à l’équipement et l’investissement, ont indiqué les parlementaires de l’opposition, estimant que ledit projet ressemble dans une large mesure à la politique d’ajustement structurel à travers laquelle le gouvernement cherche à obtenir un certificat de bonne conduite des institutions financières internationales au détriment des classes pauvres et vulnérables.

A son tour, le groupe socialiste (opposition) a qualifié les objectifs énoncés dans le PLF2015 de simples slogans proposés par le gouvernement qui reste toujours attiré par les orientations des institutions financières internationales. Il a, dans ce sens, critiqué la précarité des efforts déployés à travers ce projet pour rétablir les équilibres macro-économiques.

« pas de perspectives »

Le projet de loi de finances pour l’exercice 2015 contribue à l’élargissement des catégories exclues de la richesse nationale, a-t-il souligné, ajoutant que ce projet se caractérise par le manque de convergence entre les budgets sectoriels et l’insuffisance des mesures financières prises pour réduire les disparités sociales et promouvoir l’emploi.

Ce projet « n’a pas de perspectives » dans la mesure où il accentue la souffrance des pauvres, a noté le groupe Constitutionnel (opposition), relevant que le PLF2015 ne répond pas aux attentes des citoyens et en déphasage avec l’évolution économique au niveau mondial.

Selon le groupe Constitutionnel, ce projet opte pour la pression fiscale au lieu d’élargir l’assiette fiscale, estimant que la réduction des dépenses s’avère inutile face à l’amplification incontrôlée de la masse salariale. Le groupe a de même écarté la possibilité d’atteindre le taux de croissance de 4,4 pc prévu pour l’année prochaine.

Les groupes du Parti de la justice et du développement (PJD) et du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des représentants avaient affirmé, vendredi, que le projet de loi des finances 2015 jette les piliers d’accéder au club des pays émergents, alors que le groupe istiqlalien pour l’unité et l’égalitarisme lui reproche « le manque de visibilité » et d' »improvisation ».

map

Comments
To Top