Societe

Tudert.ma, un site web pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

tudert
tudertLe mouvement abolitionniste marocain a lancé, lundi à Rabat, le site web www.tudert.ma, le premier du genre au Maroc, visant l’abolition de la peine de mort.

Tudert, qui se décline en trois langues (arabe, français et anglais), s’inscrit dans le cadre du projet « Renforcement et structuration du mouvement abolitionniste marocain », qui met en partenariat l’association française Ensemble contre la peine de mort (ECPM), l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH) et la Coalition marocaine contre la peine de mort (CMCPM).

« Tudert, qui signifie la vie en langue Amazighe, vient renforcer le mouvement abolitionniste marocain, notamment la Coalition marocaine contre la peine de mort (CMCPM), le Réseau des parlementaires contre la peine de mort (RPCPM) et le Réseau des avocates et avocats contre la peine de mort », a déclaré à la MAP la responsable du site web, Fanou Souag.

« Plateforme virtuelle primordiale des abolitionnistes marocain(e)s »

La responsable a précisé que le site vise également à s’ouvrir sur un public divers pour informer, échanger et rendre compte des dernières évolutions du mouvement abolitionniste national, régional et international.

« Tudert est la plateforme virtuelle primordiale des abolitionnistes marocain(e)s. Elle a pour mission d’informer sur l’actualité de la situation de la peine de mort, de donner d’avantage de visibilité aux actions du mouvement abolitionniste marocain, de permettre une influence forte sur les différents acteurs et décideurs, d’animer le débat sur la thématique de la peine de mort et de rendre compte des évolutions du débat abolitionniste », a-t-elle ajouté.

« Il est temps d’abolir la peine de mort au Maroc »

Pour sa part, le président de l’OMDH, Mohamed Nachnach, a relevé qu’il est temps d’abolir la peine de mort au Maroc, eu égard aux avancées notables réalisées par le Royaume en matière des droits de l’Homme, sachant que le droit à la vie est consacré par la constitution.

L’abolition de la peine de mort est dictée par plusieurs considérations, notamment la suppression de cette procédure « vindicative » par le premier partenaire du Maroc, l’Union Européenne, a souligné Nachnach, ajoutant que les tribunaux marocains continuent de prononcer la peine capitale, même si elle n’est plus appliquée depuis 20 ans.

Concernant le site Tudert, Mohamed Nachnach a noté que ce projet vise à renforcer la dynamique abolitionniste au Maroc par la structuration de la société civile marocaine, la création de passerelles entre les différents niveaux décisionnels et par le renforcement des capacités de mobilisation de l’opinion publique marocaine.

Comments
To Top