Monde

Les djihadistes subissent de lourdes pertes à Kobané

conflit-syrie

conflit-syrieAu moins 50 combattants du groupe État islamique (EI) ont péri en 24 heures à Kobané, l’un des plus lourds bilans pour les djihadistes depuis qu’ils tentent de s’emparer de cette ville kurde syrienne frontalière de la Turquie.

Les djihadistes « ont péri dans des frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis, dans les violents combats contre les Kurdes et dans cinq attaques suicides menées à travers Kobané », a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’EI, qui contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak, tente de conquérir Kobané depuis la mi-septembre, mais se heurte à la résistance farouche des Kurdes soutenus par la coalition internationale qui mène des raids contre l’EI en Syrie depuis le 23 septembre.

Les avions des États-Unis et de leurs alliés ont également conduit samedi soir de nombreuses frappes sur Raqa et dans les environs de cette ville du nord devenue la « capitale » de l’EI, touchant 30 positions djihadistes, a indiqué l’OSDH, sans donner de bilan des victimes.

« Cela faisait longtemps qu’un nombre aussi élevé de cibles n’avaient pas été visées », a souligné le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane.

À Kobané, l’EI a mené pour la première fois samedi une double attaque suicide contre le poste-frontière tout proche de la ville, contrôlé par les Kurdes.

Des responsables du principal parti kurde syrien PYD et l’OSDH ont affirmé que les kamikazes de l’EI étaient venus « du côté turc » de la frontière, mais Ankara a dénoncé un « mensonge grossier ».

Après avoir reculé face aux Kurdes ces dernières semaines grâce notamment aux frappes de la coalition, « les djihadistes ont tenté de surprendre les forces kurdes par ces attaques suicide, mais ont échoué », a indiqué M. Abdel Rahmane.

Si les djihadistes parviennent à s’emparer du poste-frontière, ils couperont la route d’approvisionnement des Kurdes et encercleront totalement la ville, dont la prise leur permettrait de contrôler une longue bande territoriale à la frontière syro-turque.

Rencontre Poutine-Erdogan

Le coordinateur américain de la coalition internationale anti-djihadistes avait estimé la semaine dernière que les djihadistes s’étaient « eux-mêmes empalés » sur Kobané et ne réussiraient pas à en prendre le contrôle.

« Comme ils continuent à y dépêcher des combattants en renfort, nous allons nous-mêmes continuer à les bombarder », a ajouté le général à la retraite John Allen.

En revanche, pour le régime syrien, les frappes n’ont que peu d’effet. « Est-ce que Daech (acronyme de l’EI en arabe) est plus faible aujourd’hui après plus de deux mois de frappes de la coalition? Tous les indicateurs montrent que non », a affirmé cette semaine Walid Mouallem, chef de la diplomatie du régime de Bachar al-Assad qui combat à la fois les djihadistes et les rebelles voulant sa chute depuis plus de trois ans.

Le conflit en Syrie a commencé en mars 2011 par un mouvement de contestation pacifique qui s’est ensuite transformé en rébellion armée. Celle-ci a été largement éclipsée ces derniers mois par la montée en puissance de groupes djihadistes, notamment l’EI.

À Alep, dans le nord du pays, une femme et ses trois garçons ont été tués dans la nuit par un obus artisanal lancé par des rebelles sur un quartier pro-régime, a rapporté dimanche l’OSDH.

Le dossier syrien devrait être au menu de la rencontre lundi à Ankara du président russe Vladimir Poutine avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

Alors que M. Poutine se distingue comme le dernier allié de poids de Bachar al-Assad, M. Erdogan en a fait une bête noire dont il ne rate pas une occasion d’exiger la chute.

Mais l’émergence de la menace djihadiste a vu les deux pays se rejoindre sur la nécessité de lutter contre l’EI.

« Il pourrait y avoir un rapprochement sur la Syrie, car l’apparition de l’EI est un développement que la Russie a au moins autant d’intérêt, si ce n’est plus, que la Turquie à combattre », estime ainsi Ilter Turan, de l’université d’Istanbul.

afp

Comments
To Top