Politique

Des snipers du « Polisario » responsables de la mort des chefs de troupe de l’armée malienne

polisario (5)

polisario (5)Les snipers responsables de la mort des chefs de troupe de l’armée malienne lors des affrontements meurtriers survenus en mai dernier à Kidal (nord), étaient du +Polisario+, fait savoir le quotidien malien +L’Indépendant+. « Preuve de l’implication d’éléments étrangers dans les affrontements meurtriers du 21 mai à Kidal entre l’armée et les groupes armés : Les snipers responsables de la mort des chefs de troupe, dont le Colonel Fayçal, étaient du Polisario », écrit le journal dans son édition de jeudi.

En effet, huit mois après et à la suite des informations recueillies par des services de renseignement, les tireurs d’élite qui ont brisé la chaine de commandement de l’armée malienne en éliminant avec précision les chefs de troupe (le Colonel Fayçal), sont issus pour beaucoup des rangs des combattants Polisario, souligne le journal, notant que ces derniers (une centaine) basés au nord du Mali, non loin de la frontière algérienne, sont dans une zone qui n’a jamais reçu une quelconque patrouille de l’armée malienne.

Outre des jihadistes proches de l’Algérien Bel Mokhtar, beaucoup de combattants du Polisario sont intervenus dans les combats. Munis de fusils de très longue portée, notamment des Dragunov de fabrication russe, ils parviennent à briser la chaine de commandement de l’armée. Les chefs de troupe, qui étaient dans leur viseur, sont tués, ajoute le journal.

L’un des lieutenants du Général (malien) Aladji Gamou, à savoir le Colonel Fayçal, a été la cible de l’un de ces tireurs d’élite qui avait dans son collimateur Gamou, poursuit la même source.

Les combattants du Polisario sont toujours présents au nord (du Mali) et combattent avec des narcoterroristes et aux côtés d’AQMI, et participent au trafic d’armes et de drogue ainsi qu’à des prises d’otages, relève à ce propos le journal, rappelant qu’en 2012, à la faveur de la crise sécuritaire du nord, « ces combattants du Polisario avaient rejoint les différents mouvements narcoterroristes ». A l’époque, les rapports de certaines chancelleries occidentales avaient fait mention de la présence de nombreux combattants du Polisario au nord du Mali et fixaient leur nombre entre 300 et 400 combattants, ajoute +L’Indépendant+. Après la guerre de libération lancée par l’armée malienne, la force Serval et les militaires africains, les éléments du Polisario se sont retranchés dans l’extrême nord de Kidal, mais restaient très mobiles. Ils n’ont pas coupé le pont avec certains de ces groupes narcoterroristes auxquels ils apportaient assistance chaque fois qu’ils se trouvaient en difficulté, conclut la publication.

map

Comments
To Top