Economie

Maroc/UE: signature de nouveaux accords pour plus de 150 millions d’euros

drapeau_maroc-UE

drapeau_maroc-UELe Maroc, seul pays à disposer d’un statut avancé avec l’Union européenne, a signé vendredi de nouveaux accords bilatéraux pour un montant de plus de 150 millions d’euros, dans les secteurs de l’éducation, des énergies renouvelables et de la réforme des administrations.

Ces accords ont été paraphés à Rabat par le ministre de l’Economie, Mohamed Boussaid, et le commissaire européen en charge de la politique de voisinage et de l’élargissement, Johannes Hahn, qui effectuait son premier déplacement sur la rive sud de la Méditerranée depuis sa prise de fonctions en novembre.

Ils concernent notamment un don de l’UE de près de 100 millions d’euros, sur la période 2014-2018, en faveur des programmes éducatifs, dans le but de favoriser la scolarisation des enfants en milieu rural mais aussi en situation de handicap, selon un communiqué.

Deux autres accords se rapportent au secteur des énergies renouvelables: après un premier engagement de 30 millions d’euros, l’UE soutiendra ainsi la deuxième phase du projet de parc solaire à Ouarzazate, via une enveloppe d’environ 40 millions d’euros.

Dans l’éolien, un engagement financier européen de 15 millions d’euros contribuera à la construction de trois parcs.

Dépourvu d’importantes réserves en hydrocarbures et plus gros importateur d’énergie de toute la région Moyen-Orient et Afrique du nord (Mena), le Maroc s’est donné pour ambitieux objectif de couvrir 42% de ses besoins via les énergies renouvelables à l’horizon 2020.

Enfin, une dernière convention, d’un montant d’environ 9 millions d’euros, doit permettre de renforcer l’appui européen à la réforme de l’administration publique (programme Hakama), afin de promouvoir les principes de transparence, de performance et de redevabilité.

Lors de cette visite, M. Hahn a rencontré plusieurs hauts responsables marocains, dont un conseiller royal et le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Avec le ministre de l’Intérieur, Mohammed Hassad, il a par ailleurs affirmé avoir évoqué les questions migratoires et de sécurité, soulignant la nécessité d’une coopération étroite, alors que la pression migratoire est notamment forte au niveau des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres entre l’Europe et l’Afrique.

Rabat dispose depuis 2008 d’un statut avancé auprès de l’UE, de loin son premier partenaire économique (70% des investissements étrangers sont européens).

Un accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca) est en négociation.

En outre, sur les cinq millions de membres que compte la diaspora marocaine, quatre millions vivent en Europe.

afp

Comments
To Top