Auto/Moto

Face au succès de sa voiture à pile à hydrogène, Toyota va tripler la production

toyota-mirai

toyota-miraiLe géant japonais Toyota a annoncé jeudi le triplement de sa production de voitures à pile à combustible roulant à l’hydrogène, Mirai, pour répondre à l’engouement suscité par cette berline disponible depuis mi-décembre au Japon.

Les capacités de fabrication vont passer de 700 unités par an en 2015 à environ 2.000 en 2016 et 3.000 en 2017, indique le constructeur dans un communiqué.

Au vu des 1.500 commandes reçues dans l’archipel au cours du premier mois et des lancements prévus plus tard dans l’année en Europe et aux Etats-Unis, il a été décidé d’ajuster la structure pour s’adapter au niveau de la demande pour ce véhicule, explique Toyota.

Le groupe formulera de nouveaux objectifs de ventes une fois pris en compte, dans chaque région, l’équipement en stations de recharge (encore peu nombreuses, NDLR), les politiques énergétiques, les subventions à l’achat, l’intérêt des consommateurs, les régulations environnementales et d’autres facteurs. 

Toyota a largement dépassé ses prévisions initiales énoncées mi-novembre: il espérait alors écouler 400 exemplaires au Japon d’ici à fin 2015. 

Compte tenu des vertus écologiques de Mirai (qui ne rejette pas de dioxyde de carbone – CO2) et de son prix très élevé de 7,23 millions de yens (environ 50.000 euros, taxe comprise), ce sont surtout des entreprises et des administrations qui ont manifesté leur intérêt (60%), les 40% restants étant le fait de particuliers.

Toyota prévoit de commercialiser le véhicule à compter de septembre 2015 aux Etats-Unis (où il tablait à l’origine sur 3.000 unités d’ici à fin 2017) et en Europe (où il visait 50 à 100 commandes annuellement via le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Danemark dans un premier temps).

Mirai (futur en japonais), qui peut parcourir 650 kilomètres avec un seul plein effectué en trois minutes, fonctionne sur le principe de l’électrolyse inversée: de l’électricité est générée en faisant passer dans un circuit des électrons extirpés d’atomes d’hydrogène. Ces derniers se combinent ensuite avec l’oxygène de l’air pour former de l’eau, seule substance rejetée par le véhicule.

afp

Comments
To Top