Politique

Conseil de gouvernement: Le projet de découpage en 12 régions adopté

conseil
conseilLe Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, le projet de décret fixant à 12 le nombre des régions, leur dénomination, leur chef-lieu, ainsi que les préfectures et les provinces qui les composent.

Ce projet de décret, présenté par le ministre de l’Intérieur, constitue une étape qualitative en termes de mise en œuvre de la régionalisation avancée et intervient suite à l’achèvement de l’élaboration des trois lois organiques relatives à la régionalisation et à leur adoption par le Conseil des ministres, a indiqué le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Al Khalfi, lors d’un point de presse à l’issue du Conseil présidé par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Ce projet intervient également dans le cadre de la mise en œuvre des orientations royales en faveur de la mise en place de régions intégrées et viables, à travers des critères réalistes et rationnels et ce, en vue de l’élaboration d’un nouveau système régional.

Ces orientations, énoncées dans le discours royal du 3 janvier 2010, ont pris corps à la lumière des recommandations pertinentes de la Commission Consultative sur la Régionalisation (CCR) et ce, conformément à l’approche du Roi Mohammed VI préconisant le respect de la lettre et de l’esprit de la Constitution en matière de régionalisation, a ajouté le ministre.

Garantir à chaque région le minima en termes de ressources

Le gouvernement a adopté des normes basées sur l’efficience et l’efficacité en tant que facteurs clés pour la délimitation géographique, permettant l’intégration des différentes composantes humaines et géographiques au niveau national, l’adoption d’un système de pôles urbains et la valorisation du réseau administratif des préfectures et des provinces, en vue de capitaliser sur les acquis accumulés, réduire les disparités au sein de la même région, notamment celles relatives au développement des espaces territoriaux et la démographie tout en répondant, dans la mesure du possible, aux besoins d’accéssibilité et de mobilité au sein de la région.

Ces critères prévoient également de garantir à chaque région le minima en termes de ressources naturelles, humaines, urbanistiques et économiques valorisables de nature à permettre aux entités territoriales de réaliser leur développement et de consacrer la politique de proximité érigée en choix stratégique à même de renforcer l’encadrement et l’efficacité de l’administration territoriale.

Ainsi, a relevé El Khalfi, le Conseil du gouvernement a adopté ce projet de décret qui prévoit un nouveau découpage régional du Royaume fixant à 12 le nombre des régions. S’agissant des débats suscités par ce projet, le porte-parole du gouvernement a relevé qu’il n’y a pas de découpage idéal, notant, toutefois, que le gouvernement a pris en compte plusieurs données rationnelles, économiques, sociales et de terrain de même qu’il a introduit des amendements à la proposition du CCR.

Nouveau modèle de développement pour les provinces du sud

Et d’ajouter que le projet de régionalisation avancée est le fruit d’une initiative nationale concernant l’ensemble des régions et provinces du Royaume visant à renforcer la démocratie locale et relever les défis du développement socio-économique.

El Khalfi a également affirmé que le projet de régionalisation avancée conforte la crédibilité du plan d’autonomie proposé par le Maroc pour le Sahara, dans la mesure où il s’inscrit dans un nouveau modèle de développement pour les provinces du sud.

Ce projet de développement a été élaboré parallèlement à des actions de promotion des droits de l’Homme, à travers le Conseil national des droits de l’Homme, et au niveau culturel à travers l’adoption de mesures visant à préserver la spécificité de la culture Hassanie.

map

Comments
To Top