Monde

Egypte : 14 morts dans les heurts entre police et supporteurs de foot

egysup

egysupQuatorze personnes ont été tuées dimanche soir lors de heurts opposant au Caire la police à des supporteurs de foot avant la première rencontre du championnat égyptien ouverte au public depuis 2012, un nouveau bilan communiqué par l’agence de presse officielle Mena.

Les heurts, qui ont également fait 20 blessés, ont éclaté avant le match devant un stade du nord-est du Caire, lorsque des supporteurs du club de football de Zamalek ont tenté de rentrer de force dans l’enceinte, a indiqué le ministère de la Santé.

« Une équipe d’enquêteurs du parquet a été chargée de se rendre rapidement à la morgue pour examiner les corps des 14 morts tombés durant les heurts » entre la police et des supporteurs du club de Zamalek, a précisé la Mena, en citant le parquet.

La rencontre programmée contre le club d’Enbi se déroulait devant du public, et non à huis-clos comme cela a été le cas pour la plupart des matches en Egypte depuis des violences meurtrières dans un stade à Port-Saïd en 2012.

Mais le ministère de l’Intérieur avait limité à 10.000 le nombre de supporteurs autorisés à entrer dans le stade, et les billets ont rapidement été épuisés.

Des supporteurs membres du groupe des Ultra White Knight, dépourvus de ticket, ont tenté d’entrer de force pour assister au match, a indiqué la police.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, et les supporteurs ont tiré des feux d’artifices, selon la police et des témoins.

La rencontre a démarré avec une demi-heure de retard.

En décembre, les autorités égyptiennes avaient décidé d’autoriser le retour en nombre limité des spectateurs pour certains matches de son championnat de première division de football, à l’occasion du début de la phase retour du championnat qui a démarré dimanche.

A Port-Saïd en février 2012, à l’issue d’une rencontre remportée par le club local d’Al-Masry sur le célèbre club cairote Al-Ahly, des supporteurs d’Al-Masry s’en étaient pris à ceux de l’équipe adverse, provoquant des violences qui avaient fait 74 morts et des centaines de blessés.

Depuis cette catastrophe, le ministère de l’Intérieur n’autorisait qu’un nombre restreint de spectateurs à assister aux matches joués par les clubs égyptiens dans le cadre des compétitions continentales ainsi qu’aux matches de l’équipe nationale.

afp

Comments
To Top